Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


Le droit à l'école buissonnière bafoué

Publié par Catherine Dumonteil Kremer sur 14 Octobre 2014, 07:07am

Catégories : #Elever son enfant autrement

photo Béatrice Mantovani©

photo Béatrice Mantovani©

Le droit à l'école buissonnière bafoué

 

Quand j'étais adolescente et bien plus tard encore l'institution scolaire avait des failles. Ces petites merveilles me permettaient de respirer, elles ont aidé des milliers de collégiens et de lycéens à survivre dans un milieu parfois très hostile.

"Sécher" les cours :-)

Ainsi en collège j'ai « séché » tous les cours d'EPS, en lycée ma présence dépendait de l'enseignant, et aussi de mes engagements du moment, comme tout un chacun j'avais une vie :- et il m'est parfois arrivé de choisir de ne pas aller en cours pour rejoindre mon amoureux. À l'impossible nul n'est tenu, quand il s'agit d'amour je vois bien peu de personnes dans le monde adulte résister à son appel (même quand elles sont très haut placées). Pour organiser mon existence très réglée, je devais imiter la signature de mes parents. C'était un risque, le méfait a d'ailleurs été découvert presque à chaque fois, mais au bout d'un temps assez long ce qui m'a permis de vivre ma vie pendant ces quelques heures volées à l'institution scolaire .

J'ai vécu des moments plein de poésie, un désir de vivre accru, la joie parfois de décider enfin de quoi les chères minutes de mon existence seraient faites. Aussi mon indignation fut à son comble, quand j'ai découvert PRONOTE, toute la vie scolaire en un logiciel !

Un atteinte grave à la liberté 

On n’arrête pas le progrès mais la liberté elle, en prend un sacré coup. Avec pronote toutes les informations figurent au jour le jour sur un espace où les parents, la communauté éducative, les jeunes peuvent aller. C'est le délateur idéal ! Silencieux, il signale le moindre retard, les absences, les notes, les sanctions. Mais il transmet aussi les bulletins (plus moyen de les réceptionner dans la boîte aux lettres pour avoir quelques soirées tranquilles), la progression du jeune, ses acquisitions scolaires, les devoirs à faire.

 

Adieu école buissonnière

Une fois de plus l'institution s'immisce dans les relations parents enfants, non pour les améliorer mais pour étendre sa surveillance au cœur de la famille. Et de ce fait très adroitement elle fait des parents ses alliés. J'imagine qu'un parent qui voit sur son espace pronote que son enfant n'a pas acquis telle et telle notion va essayer avec ses moyens de renforcer la connaissance de ladite notion, et cela viendra bien sûr en sus des devoirs à faire. Autant dire que les règlements de compte dans les familles vont se faire nombreux.

Avant il y avait la lecture trimestrielle du bulletin parfois très pénible, mais une fois par trimestre cela suffisait amplement. Aujourd'hui c'est tous les jours qu'un enfant en difficulté scolaire sera stigmatisé par ses parents et par le collège ou le lycée. L'inquiétude est déjà au cœur de la famille, la crise a transformé les parents en coach scolaire ce qui est déjà suffisamment compliqué à gérer pour un enfant, mais avec toutes ces informations je crains que l'apprentissage ne devienne qu'une succession de contraintes, de contrôles, une voie sans issue. Impossible dorénavant d'échapper à une éducation nationale devenue tentaculaire.

Une école nouvelle ?

Ce n'est pas ainsi que nous allons réussir à mettre en place l'école du XXIe siècle, celle qui va enfin se baser sur les recherches des éducateurs et des neuroscientifiques qui disent toutes que notre modèle scolaire est obsolète. Celle qui va prendre en compte les émotions des enfants et des enseignants, celle qui va cesser de tout miser sur la mémorisation mais qui saura faire vivre des expériences stimulantes aux jeunes. Celle qui va enfin comprendre que l'évaluation est une énorme menace qui empêche les acquisitions scolaires, pèse lourd sur les relations familiales. Une école ouverte où apprendre ensemble, s'entraider, n'est pas interdit…

 

Pronote c'est aussi la claire démonstration que l'enfant n'est à aucun moment vu comme un être digne de confiance. Qu'en pensez-vous ?

 

Et puis toutes ces informations sur vos enfants que vont-elles devenir ? Vont-elles les suivre tout au long de leur vie ? Il y a fort à parier que pronote n'est que le début d'une démarche qui pourrait s'étendre au monde de l'entreprise.

 

Si votre enfant est concerné par cette atteinte massive à sa liberté, réagissez ! Parlez-en au chef d'établissement, il y a sûrement un moyen d'améliorer ce logiciel, mais en attendant le boycotter en ne se créant pas d'espace parent, est une possibilité.

 

C'est l'avenir de nos enfants qui est en jeu !

 

La suite bientôt :-)

 

Catherine Dumonteil Kremer

 

Commenter cet article

Sabine 17/11/2014 13:30

Je perds régulièrement les codes d'accès à Pronote ... je dois donc y aller avec les identifiants de mes enfants qui l'utilisent plus que moi. Mais je n'avais pas pensé à cet outil comme tu le décris. Je comrends mieux pourquoi je n'arrive pas à garder les codes ... Et pour finir une anecdote : il est arrivé que des parents aient accès au dossier d'enfants qui n'étaient pas le leur ou encore accès comme s'ils étaient professeur et donc avec des commentaires qu'ils n'aurait pas du voir ...

Claire Dodé 07/11/2014 21:40

Tu as des futurs fans dans l'école de mon fils. On a les remontrances aux amis de Lyassin en direct par Skype pendant qu'ils jouent.

Carol 04/12/2014 10:40

Nous avons tous perdu conscience de notre besoin de liberté et la bridons depuis jeunes devant des règles bien établies, des codes qui nous cantonnent tous sur un même chemin. Pourtant, il est important de se laisser ce droit, celui de parfois déroger à la règle, de se sentir vivant! Mon fils est hyperactif et scolarisé au cned à la maison depuis le début d'année, après avoir été saccagé par le système scolaire. Aujourd'hui, c'est lui qui me fait prendre conscience des limites que nous impose notre société de se carcant bien pensant qui nous empêche de déployer nos ailes en anéantissant notre personnalité! Alors évidemment je suis contre ce genre de système qui ne créé qui veut dicter sa loi en opposant parents et enfants.

Chris 21/10/2014 10:51

Je ne trouve pas que ce soit si "bloquant" :
il faut avoir aussi confiance en l'imagination de nos enfants !
Je vois plus l'outil comme un moyen de savoir ce qu'il en est sans les harceler de question. Perso je me vois plus en observatrice qui voit venir un éventuelle problème de fond et qui pourra en discuter à un moment opportun plutôt que de m'énerver parce qu'il ramène ENCORE une mauvaise note (je suis parfois un peu sanguine). Bien sur, et encore une fois tout est dans notre façon de réagir en tant que parents. Je pense aussi que cela nous permet de prévenir des problèmes plus grave en les voyants arriver un peu avant, j'espère.
On peut surveiller les profs aussi (voir témoignage dans les commentaires) !!
Et la confiance peut aussi marcher dans les 2 sens : on peut faire l'école buissonnière avec l'accord de ses parents !
Ado, Je ne me suis jamais sentie de droit à l'école buissonnière, et les rares fois où ça m'est arrivé j'étais suffisamment mal à l'aise pour ne pas avoir envie de recommencer et surtout soulagée quand j'ai pu en parler.

Ainour 15/10/2014 20:52

Bonjour,
Je pense qu'il faut avoir confiance dans nos enfants et jeunes. Il y a 10 ans au lycée nous avons gentiment craqué le système informatique de manière à rentrer dans le logiciel de blocage des sites internet et pour aller chercher les documents des profs. Ne vous inquiétez pas, la nouvelle génération va rapidement faire craquer ce nouveau logiciel tout comme la génération précédente imitait les signatures!
Bonne soirée,

Ainour

yves 15/10/2014 07:25

Effectivement, Pronote est déjà dénoncé par certains mineurs comme agravant leur situation ! Je trouve vraiment chouette que tu abordes le sujet – alors que tu es adulte. Mais tu es une adulte qui se souvient de ce qu'elle vivait sous le régime du minorat ! :) De nombreux ex-mineurs ne se rendent plus du tout compte de ce qui se joue quand on vit sous l'arbitraire du pouvoir d'un autre. Et, je trouve que les commentaires qu'on trouve à ton billet montrent qu'on a du mal à analyser la situation comme une situation sociale, globale ; effectivement, dans tous les cas où les parents ne sont pas (trop) dans une démarche de contrôle, surveillance, méfiance, ni d'hostilité vis-à-vis de leur progéniture, Pronote n'est pas une innovation dramatique. Mais la réalité du pouvoir adulte, et des familles, est tout de même que les enfants sont sous la coupe plus ou moins bienveillante d'adultes qui leur imposent leurs propres choix de vie en toute bonne conscience, qui s'adressent à eux en les blessant continuellement, quand ce n'est pas bien pire encore... Et c'est sûr que Pronote ne peut qu'en rajouter, à l'échelle de la société tout entière...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents