Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Parentalité Positive au quotidien

Articles, idées, astuces de la pionnière de la parentalité positive en France, Catherine Dumonteil Kremer

Masturbation ou exploration ?

Masturbation ou exploration ?

Les jeunes enfants se masturbent-ils ?

 

C'est une question intéressante et, si vous n'êtes pas trop rebutés ou gênés, je vous invite à me suivre dans mes réflexions de mère de famille.

Quand je vois des bambins jouer avec leur sexe, j'ai le sentiment qu'ils le touchent, l'explorent, apprennent à le connaître comme toute autre partie de leur corps.

Oui mais, me direz-vous, cette partie-là n'a pas le même potentiel que d'autres !

Elle peut leur faire vivre un grand nombre de sensations agréables.

Et nous ne pouvons que nous en réjouir.

 

Ils le frottent, s'auto-stimulent et, en même temps, leurs activités ne sont pas comparables à celles d'un adolescent ou d'un adulte vivant une relation sexuelle avec lui-même, qui aboutira à un orgasme, et que l'on nomme masturbation.

 

 

Cas concret

 

On explore son sexe avant de se masturber, rien n'est plus naturel, et pourtant cela en déroute plus d'un parmi nous quand les enfants se mettent à découvrir leur vulve ou leur pénis et leurs testicules.

Vous voilà en situation : votre enfant se livre à une exploration de son sexe, en le caressant devant la télé, par exemple…

Et cela vous plonge dans la plus grande perplexité… Mais que fait-il ? Il découvre tout un univers de sensations. Il n'est ni pervers, ni malsain, bien au contraire.

 

 

Votre histoire

 

Dans cette même situation, certains adultes de ma génération se sont vus appliquer divers traitements : la menace, notamment (« Arrête ça tout de suite, c'est sale, et ce n'est pas bon pour toi », tu es obsédé, ma parole, je vais t'empêcher d'aller plus loin »), on a parfois attaché les mains des enfants ou on les a recouvertes de cornets pour les empêcher de découvrir leur sexe.

 

Autant dire que l'acceptation n'était pas de la partie, et qu'il est normal, dans ces conditions, de se sentir affreusement mal à l'aise.

Avez-vous des souvenirs de cette nature ? Peut-être vos parents, plus jeunes, ont-ils tenté simplement de vous détourner de cette activité d'une manière plus douce.

 

Ils ont essayé de vous « changer les idées » et le message de désapprobation est passé de façon beaucoup moins violente, mais il est en vous.

Vos enfants ne font rien de mal en découvrant leur sexe. Lorsqu'ils en ont la possibilité, ils le font exister, et, parfois, aboutissent à la masturbation.

 

 

Ce comportement vous tracasse

 

Cela nous inquiète quelques fois parce que nous avons l'impression qu'ils ne feraient plus que ça s'ils le pouvaient ! Et vous ? Comment gérez-vous vos besoins sexuels ? Vous finissez bien par vous arrêter une fois que vous êtes nourri, comblé, satisfait…

C'est un peu la même chose pour les enfants.

Pour autant, il y a des signes qui peuvent nous conduire à réfléchir :

- lorsque l'auto-stimulation fait mal (mutilation)

- quand elle devient compulsive, et qu'elle est la seule activité de l'enfant.

Elle lui sert en quelque sorte de refuge. Ces conduites ont une cause qui n'a rien à voir avec l'auto-stimulation, et qu'il faudra rechercher, peut-être, avec l'aide d'un psychothérapeute.

 

 

L'intimité

 

Se masturber, ou se caresser, cela se fait dans l'intimité, pas dans le secret. C'est un message que nous pouvons essayer de faire passer à nos enfants. Et ils le comprendront très rapidement.

Si nous évitons de les culpabiliser ou de les humilier à ce sujet, ils s'approprieront leur sexe et son potentiel de plaisir avec beaucoup de joie, qu'ils se masturbent ou pas, du reste.

 

Je ne peux m'empêcher, pour conclure, de vous faire part de suggestions que donne aux adultes le docteur Marie-Claude Benattar, dans son livre : « Cherchez, touchez, sentez, habituez-vous à votre sexe, apprivoisez-le. »

 

C'est exactement ce que font les enfants !

 

Catherine Dumonteil-Kremer

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Commenter cet article

Virginie 01/03/2018 10:46

Merci pour cet article qui tombe à point pour moi !
Ma fille (3ans et demi) se "frotte" sur sa chaise avec beaucoup de vigueur. Elle est complètement absorbée par cette activité, en oubliant complètement ce qu'elle était en train de faire (dessiner, manger, jouer ...). La présence autour d'elle ne la gêne absolument pas (puisqu'elle n'a pas conscience des codes sociaux ni de ce que peut représenter ce qu'elle est en train de faire ...). mais moi ça me gêne terriblement. Ce que je lui répète ... mais rien n'y fait ...
Tout cela a commencé un peu avant ses 2ans et se produit par période (je n'arrive pas à identifier si c'est lié à un stress, des émotions ...)
Avez-vous des lectures à conseiller ?

JEAN PHILIPPE GEFFRIAUD 25/02/2018 02:29

Merci pour votre analyse dé culpabilisante. En effet, on voit beaucoup d'enfants de 4, 5 ans mettre les mains dans la culotte. Il suffit de dire qu'on ne touche pas son sexe devant les autres. Ce n'est que à toi et tu gardes cette partie de ton corps pour toi.

25/02/2018 04:31

Je suis complètement d'accord, c'est de l'ordre de l'intimité, ça ne se partage pas en public...

Aceben 21/02/2018 11:50

Très juste analyse, stop à la culpabilisation des enfant ! Merci pour cet article.

21/02/2018 12:18

Merci à vous pour votre commentaire :-))

Cresteaux 20/02/2018 09:29

Encore merci Catherine, pour cet article!

21/02/2018 06:13

Merci Caroline pour ce commentaire :-))) "Agathe et la fessée" est sous presse en ce moment réédité par PEPS en format de poche accessible aux petites mains, tout doux et en couleur :-))

caroline 20/02/2018 22:43

merci pour cet article qui pose les choses.
Dans notre société très sexuée (il faut une nana nue pour vendre voitures et dentifrices), on est vite troublé par des comportements pourtant naturels de nos enfants.
Mon petit gars de 2 ans et demi connais toutes les parties de son corps avec les noms (zizi, bourses, testicules, fesses) et je le laisse toucher son sexe lors des changes et sous la douche, ça me parait normal.

Je profite de ce post pour vous féléiciter du livre Agathe et la fessée que j'ai eu la grande et agréable surprise de découvrir à la médiathèque de ma ville (beauvais)

Catherine Dumonteil Kremer 20/02/2018 11:23

Aaaah mais c'est toi Chloé ? Mille bises et à très bientôt en formation :-)))

Catherine Dumonteil Kremer 20/02/2018 09:33

Je suis contente qu'il vous plaise :-)