Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Parentalité Positive au quotidien

Articles, idées, astuces de la pionnière de la parentalité positive en France, Catherine Dumonteil Kremer

Pas de bienveillance dans Libération, la réponse de Brigitte Guimbal#parentsdépassés

Photo Béatrice Mantovani

Photo Béatrice Mantovani

"Pas de bienveillance pour Libération" de Brigitte Guimbal

 

Pour une raison que je soupçonne de ne pas être bonne (ne pas se remettre en question ? éviter tout risque de ressentir de la culpabilité ?), le journal Libération a jugé utile de critiquer la parentalité positive. Minimisant, comme d'habitude, les fessées et autres violences éducatives ordinaires, il présente l'éducation bienveillante comme une idéologie et prône de faire confiance aux parents – lorsqu'ils reproduisent l'éducation traditionnelle, mais un peu moins lorsqu'ils la mettent en doute !

 

Personnellement, j'ai d'abord été un parent traditionnel, reproduisant en grande partie ce que j'avais moi-même vécu, et je le regrette profondément maintenant que je peux mesurer le tort que cela a causé à mes enfants. Heureusement, j'ai pu en réparer une partie lorsque j'ai commencé à mieux les traiter, à les écouter, à ne plus crier, à prendre en compte leurs opinions, à ne plus décider pour eux et à m'excuser de mes erreurs.

 

Toujours d'après Libération, c'est bien dommage, car ils ne pourront pas bénéficier des joies de la résilience, ce mécanisme qui fait que nous ne sommes pas trop détruits par les ratés de notre éducation. Je pense tout de même qu'ils s'en passeront aisément et se contenteront volontiers d'aller plutôt bien parce qu'ils ont eu une enfance raisonnablement heureuse.

 

Une petit point à souligner au passage : si un enfant refuse de manger, ne pas le regarder tant qu'il ne change pas de comportement N'EST PAS, ni de près ni de loin, de la parentalité positive !!!

 

C'est difficile d'être parent, et nous faisons tous des erreurs. Est-il ridicule, comme le sous-entend ce journal, de faire un stage pour tenter d'améliorer les choses ? Tout ce qui m'a permis d'avancer a été pour moi une aide précieuse, et je ne regrette pas un seul instant l'énergie, le temps et l'argent que j'y ai consacrés. Ma relation à mes enfants en a été petit à petit transformée, et cela a été une libération (une vraie, sans majuscule) et une source de bonheur pour eux autant que pour moi.

 

En tout état de cause, à partir du moment où j'ai commencé à prendre conscience du décalage entre mon comportement et les besoins de mes enfants, je ne vois pas comment j'aurais pu faire autrement qu'entrer dans une forme de parentalité bienveillante, bien sûr dans la mesure de ce que j'arrivais à faire, avec des hauts et des bas, mais en progressant au fil du temps.

 

C'est cette prise de conscience qui me semble essentielle, et je pense que le dossier de Libération n'y aide pas, bien au contraire, alors qu'une loi assortie de mesures d'accompagnement pourrait changer peu à peu les mentalités, comme le montrent les pays où cela a été réalisé.

J'espère que ces pages inutiles ne feront pas reculer la cause des enfants !

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Commenter cet article

Sylvie Hippolyte 04/03/2018 10:36

Bonjour Catherine,
Enfant maltraitée, je pense que je me serais volontiers passée "des joies de la résilience". Malgré la résilience, les images de violence, les cris, les regards de haine, l'amour absent, restent gravés dans ma mémoire. Malgré la résilience, les traces de maltraitance psychologique se retrouvent dans mon comportement, notamment dans l'estime de soi, et dans mes rapports aux autres. Voici ce que j'ai écrit dans mon livre témoignage "Les jeudis muets, Moi, Fina, enfant du divorce" : « Jusqu'au soir de mon dernier jour, je me souviendrai de ceux qui ont contribué à me détruire. [...] Jusqu'à la tombe, je tournerai en boucle le film. J'entendrai s'abattre les coups comme la résonance lointaine, persistante, de la cognée du bûcheron, et je me protégerai la tête de mon coude, un réflexe qui ne saura disparaître. »

Catherine Dumonteil Kremer 12/02/2018 06:08

Merci pour tous vos commentaires :-)) Ils sont précieux à mes yeux :-) c'est un soutien dont je crois tous les parents qui font autrement ont besoin.

Manue 11/02/2018 20:17

Merci merci de rétablir !
On est tous ici pour la Bienveillance éducative et ensemble, tous ensemble, nous arriverons à faire passer de beaux messages pour que les familles vivent de belles relations Ensemble.

Manue

FRICK 09/02/2018 11:09

tout à fait d'accord avec vous. Libération n'a pas compris et peut-être même la société dans son ensemble que nos enfants sont là pour nous faire évoluer, nous remettre en question. C'est une chance folle de transmuter le passé, de le libérer et d'aller pas à pas vers une société où enfin les personnes seront elles même et les âmes libres de s'exprimer. Libération ne libère rien !!! mais c'est un chemin long et sans fin. Donc merci à toutes les personnes dont ce blog qui m'aident à évoluer en même temps que ma fille.

Van Ophalvens Sophie 09/02/2018 08:40

Bonjour et merci pour cet article,

En effet, c'est bien dommage que Libé n'encourage pas la parentalité bienveillante :-/
Heureusement que vous êtes là !!!

Encore merci pour vos précieux articles.

De tout <3

Sophie