Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Parentalité Positive au quotidien

Articles, idées, astuces de la pionnière de la parentalité positive en France, Catherine Dumonteil Kremer

L'argent de poche et ses enjeux

L'argent de poche et ses enjeux

L'argent pose souvent question dans les familles. Faut-il donner de l'argent de poche ? Combien ? Est-ce conditionné à certaines « obligations » des enfants ?

Essayons de répondre à ces questions.

 

Gérer de l'argent est une affaire sérieuse qui devrait incomber uniquement aux plus grands, du moins c'est ce que nous croyons.

Pourtant Barbara Coloroso dans son ouvrage Le cadeau de la discipline personnelle (Éditions Quebec-Livres, 1997) parle de donner des pièces aux enfants à partir du moment où ils cessent de projeter de les manger !

 

Dans notre famille, nous avons traversé pas mal de déconvenues avec l'argent de poche, il était souvent perdu quand mes filles étaient petites et, finalement, je crois que j'aurais dû attendre qu'elles en réclament pour leur en proposer régulièrement.

Donner de l'argent de poche, pour quoi faire ?

Cette somme était pour moi indispensable… Cependant, elle ne répondait pas à tous les besoins matériels qui se présentaient. Elle était parfois très vite dépensée et je refusais alors obstinément de donner un quelconque complément.

Des avances étaient négociées, mais la plupart du temps, elles venaient grever de façon dramatique le budget du mois ou de la semaine suivante.

Nos revenus ont diminué et j'ai un jour cessé de donner de l'argent de poche à mes enfants. Leurs grands-parents ont alors pris le relais.

Avoir une somme d'argent régulière à gérer a des côtés positifs, à la condition que nous ne nous en mêlions absolument pas, qu'ils aient la liberté d'acheter ce qu'ils veulent, y compris ce que nous ne voulons surtout pas, nous.

Cela fait partie de ce que j'appelle la dignité de l'enfant.

 

Il y a un autre volet que j'ai découvert au fil du temps : le fait de donner de l'argent est bien souvent conditionnel et devient malencontreusement une récompense qui fait perdre à nos petits toute dignité. Il se transforme alors en petit mendiant séducteur bien malgré lui, à cause de nos manipulations (que nous opérons malheureusement aussi malgré nous).

Gérer les désirs de nos enfants

Voilà comment j'ai géré ce problème : je disais oui à toute demande qui me paraissait gérable par le budget familial. Je ne demandais aucune gratitude ; les enfants en manifestaient malgré tout très souvent.

Mes filles font partie de ma vie, elles sont membres de ma famille et elles ont comme moi des besoins et des désirs : le fait de les satisfaire si mes revenus me le permettaient était une chose très naturelle.

Dans certaines situations, je leur donnais une somme précise à gérer : par exemple, si nous allions dans un parc d'attractions, j'ai remarqué que cela me permettait de fixer rationnellement la somme que je pouvais consacrer à l'événement et mes enfants étaient plus attentifs à leurs dépenses.

Et quand je percevais une somme importante, je la répercutais en partie sur elles.

Elles ont géré également la moitié de l'allocation de rentrée scolaire depuis leurs huit ans.

Elles ont très tôt acheté elles-mêmes leurs vêtements.

Tout cela n'était surtout pas conditionné ou relié à des résultats scolaires ou à des attitudes que  j'aurais qualifié de positives.

Encore une fois, cela aurait été  pour moi leur faire perdre toute dignité : l'argent donne une forme de pouvoir décisionnel et les enfants ont le droit de l'expérimenter, et ce, d'autant plus qu'il leur est interdit d'avoir un emploi, donc de gagner leur vie.

Ils travaillent pourtant durement à l'école, mais cette tâche est la seule, semble-t-il, qui ne mérite pas de rétribution.

 

Leur permettre d'expérimenter l'indépendance

 

Les sentiments des enfants ne diffèrent pas des nôtres. Le fait de réclamer peut être vécu comme une humiliation régulière, c'est à chacun de voir comment gérer la manière de donner ce que nous pourrions considérer comme un dû.

Je voudrais conclure avec ce passage de S'évader de l'enfance de John Holt : ce livre publié dans les années 1970 m'a permis d'avoir une réflexion plus large sur ce qu'est la dignité de l'enfant :

« Dans notre société, quand on parle de l'égalité des droits en faveur des femmes ou des enfants, on songe inévitablement aux classes aisées ou riches, où les femmes et même les jeunes ont des chances de posséder un peu d'argent ou de pouvoir en obtenir relativement facilement, soit par un travail quelconque, soit grâce à l'aide d'autres riches.

Mais chez les petits-bourgeois et les pauvres, les femmes et les enfants seront toujours à la merci d'un homme occupant un emploi, à moins qu'ils ne possèdent en propre une source sûre de revenus. »…  « Actuellement j'en viens à me dire que le fait d'être un « enfant » soumis à une dépendance absolue, et d'être considéré par les plus âgés comme un mélange d'animal encombrant et coûteux, d'esclave et de super-jouet, que cette situation, dis-je, fais plus de mal que de bien à la plupart des jeunes. »

 

 

Quelques suggestions

  • Considérer que le fait d'avoir de l'argent à gérer est un droit de l'enfant, qui devrait s'exercer en dehors de toute manipulation.
  • Ne faites pas de l'argent une récompense, une « carotte » mais un dû. Les cadeaux ne sont pas non plus des récompenses, ce sont des attentions.
  • Offrir ou donner un porte-monnaie en même temps que la première somme d'argent. Permettre aux enfants de gérer de plus en plus l'argent que nous utilisons pour eux.
  • Les laisser faire leurs propres achats et en assumer les conséquences selon leur âge.
  • Leur parler de ce que nous gagnons et de ce dont nous avons besoin pour vivre ensemble. Les faire contribuer à l'élaboration du budget de la famille.
  • Faire des listes de désirs pour chaque membre de la famille. Nos désirs évoluent bien souvent lorsqu'ils sont pris en compte. Ces listes seront très utiles pour faire le choix d'un cadeau.
  • Refuser ce qui n'est pas gérable pour vous sans aucun sentiment de culpabilité. Permettre dès que cela s'avère possible à vos enfants de travailler à l'extérieur de la maison.
  • Leur ouvrir au plus tôt un compte avec une carte de retrait.
  • Travailler nos propres souffrances d'enfant en relation avec l'argent.

 

Avez-vous reçu de l’argent de poche quand vous étiez petit ? Que représentait l’argent dans votre famille ?

 

Mais je vous garde tout cela pour un prochain article…

Bonne journée J

Catherine Dumonteil Kremer

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Commenter cet article

FRICK 05/04/2018 10:01

merci de cet article. nous donnons à notre fille depuis ces 7 ans 1€ par semaine puis maintenant qu'elle a 11ans 2€ par semaine sans aucune condition et sans contrôle de ses achats de notre part. nous lui avons montré comment suivre ses dépenses et ses recettes sur un petit carnet qu'elle ne met pas forcément à jour mais c'est son domaine. nous avons été surpris par ses achats qui répondent toujours à ses passions du moment : playmobil petite, livres maintenant. D'ailleurs ses achats sont souvent faits dans des moments où elle n'est pas avec nous : baby sitter, tantes etc .... elle ne demande jamais plus d'argent et ne nous demande pas des cadeaux quand nous sommes avec elle dans les boutiques.

Chloée Cresteaux 05/04/2018 06:38

Super!! Merci Catherine... Ca tombe à PIC!!! Je me posais justement beaucoup de questions à ce sujet...Et, c'est encore un sujet délicat, surtout dans le couple, lorsque les revenus de l'un ou de l'autre sont très très inégaux.... Merci pour ces pistes de réflexion.

Catherine Dumonteil Kremer 05/04/2018 06:41

C'est un plaisir et on pourra en reparler en formation... :-))