Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Parentalité Positive au quotidien

Articles, idées, astuces de la pionnière de la parentalité positive en France, Catherine Dumonteil Kremer

Une tribu pour nous soutenir !

Une tribu pour nous soutenir !

Créer une communauté philosophique - édito de PEPS 25 sur le burn out
`

Épuisée, je l’étais sans aucun doute : trois enfants, quatre beaux-enfants, une petite fille orpheline hébergée plusieurs mois par an, un couple défaillant, des nuits entrecoupées par les incessantes sollicitations de mon dernier bébé, et puis en parallèle mes activités associatives autour de la parentalité.

Je me suis très souvent sentie isolée dans mon rôle de parent. Les doutes surgissaient parfois, quand j’étais au bout de mon énergie : « Et si je la sevrais ? Pourquoi elle ne mange rien ? C’est probablement de ma faute… Je passe tout mon temps à courir et la nuit je ne dors pas beaucoup, mais je n’ai pas envie de laisser mes enfants dormir seuls… »
Si je me confiais à quelqu’un de mon entourage, je recevais des injonctions définitives, telles que : « Tu n’as qu’à la sevrer… Pourquoi dors-tu encore avec tes enfants, ça n’est pas possible, ton sommeil en pâtit, c’est sûr ! Et si tu arrêtais de vouloir trouver d’autres solutions, si tu les mettais au coin plutôt que de te faire bouffer par tes enfants… »

Je ne trouvais guère que les membres de la Leche League pour m’encourager dans cette voie. L’isolement a renforcé ma fatigue, mon usure nerveuse, mon sentiment d’être seule sur une route désertique pleine d’obstacles. C’est un peu dans cet état d’esprit que j’ai créé la liste Parents Conscients, elle a été ma communauté philosophique et affective, un groupe où je donnais beaucoup et où je recevais également le soutien dont j’avais besoin.
Ce groupe est devenu ma tribu, le groupe d’amis avec lequel j’ai tant partagé.

Et en créant les ateliers « Vivre et Grandir Ensemble » c’est aussi à cela que j’ai pensé… Créer des îlots de solidarité locale autour de la parentalité est un des effets secondaires de cette formation parentale. Oui, on y apprend à communiquer, à comprendre les émotions, à jouer, à accueillir sa propre colère, à vivre des apprentissages toujours renouvelés, et en même temps on se construit une véritable communauté locale. Les parents qui constituent les groupes vivent une expérience authentique et fondamentale, et ces personnes continuent souvent à entretenir des liens, à se donner des moments d’écoute quand les temps se font difficiles, à s’entraider pour la garde des enfants ou les courses, à organiser des soirées jeux… La vie se fait ainsi beaucoup moins pesante, quand on sait que quoi qu’il se passe, quelqu’un saura nous accueillir, nous comprendre et nous écouter, et que nous aussi nous pourrons à notre tour être cette personne-ressource pour les autres. C’est une partie de la solution à notre épuisement : le cercle vertueux de l’altruisme, qui fait tellement de bien en nous et autour de nous !

Catherine DUMONTEIL-KREMER

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Commenter cet article