Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


Risque et inconfort

Publié par Catherine Dumonteil Kremer sur 19 Février 2006, 06:15am

Catégories : #Une pensée pour adoucir la journée

« …Le risque d’une aventure vaut mille jours de bien être et de confort. » Paulo Coelho « Véronika décide de mourir »

 

J’ai acheté ce livre dans une gare, en train je n’ai pas envie de lire alors que j’aurais tout le temps pour le faire, mais je n’y arrive pas vraiment.

J’ai pourtant lu quelques bouquins légers dont celui-ci fait partie.

Cette phrase, j’aurais pu la formuler moi même, car cela fait très longtemps que je pense à l’impact du confort sur notre vie quotidienne, y compris sur celle de nos enfants.

Personnellement sur ce plan j’ai été élevée dans du coton, et vraiment je ressens ce besoin d’éliminer les sources d’inconfort, et d’en faire un objectif alors que la vie c’est l’acceptation du risque, de l’inconfortable, du froid qui pique, de la fatigue, de l’absence de douche le matin, d’une nourriture plus que moyenne, etc…

Nous sommes endormis par le confort, et la vie passe, dans des maisons bien chauffées, avec une nourriture de choix, enfin tranquille, enfin anesthésiés.

Et surtout ne pas bouger, ne pas prendre le risque de pointer son nez dehors, il fait froid, ne pas changer de situations : le changement c’est la porte ouverte vers l’inconnu, c’est effrayant.

Au nom de la tranquillité on peut faire pas mal de choses vous ne trouvez pas ? Et dans le domaine de l’éducation, il y a du boulot.

D’abord à un moment où ils sont si agités les mettre à l’école, c’est déjà se ménager de cette précieuse tranquillité dont nous avons tant besoin ! Se séparer d’eux à un moment où ils ont tant besoin de nous, c’est ce que tout le monde fait, on se laisse endormir par ça aussi, la majorité le fait, c’est donc normal.

Vous ne savez pas quelles joies se cachent derrière l’acceptation de l’inconfort ! Vous ne savez pas à quel point la vie peut être imprévisible quand on la laisse agir. Parmi les  moments les plus heureux de ma vie il y a ceux que j’ai vécus sur la mer dans des positions très inconfortables, sans eau douce pour me laver, avec une impression d’humidité partout, ne sachant jamais de quoi allait être fait le prochain repas !

Ce que vous ignorez peut-être c’est que c’est vous qui avez les clés en main, c’est vous qui décidez ! Essayez au moins !

Les enfants sont une source d’inconfort considérable dans notre société mais je ne connais pas d’êtres aussi frais, stimulants, et joyeux ! J’ai partagé les meilleures périodes de ma vie avec mes enfants, et ça continue, il m’apprennent à sortir de ce confort paralysant, quelquefois avec une grande énergie !

Vous savez quoi ? Les maisons de retraites sont très bien chauffées, quelquefois j’ai l’impression que c’est presque cela qu’on recherche une vie sans risque et sans surprise où tout est prévu.

Jetez-vous à l’eau, prenez le risque de vivre ! Et venez raconter si vous en avez le temps.

 

Commenter cet article

Jenufa 13/12/2013 21:41


Pas mal le texte de Patrick Douchet!

miçoise 15/03/2006 10:26

J'apprécie tellement tout ce qui est dit...une petite anecdocte d'inconfort qui apporte beaucoup d'énergie et finalement de confort , aussi paradoxal que ce soit :  A force de m'habituer à moins de chauffage, progressivement, j'en arrive à ne même pas m'apercevoir qu'il n'y a pas de chauffage, et souffre moins de la transition en sortant; de même j'ai pris l'habitude de vivre pieds nus, dans des sandales compensées, et même en sortant j'ai supporté cet hiver de ne rien mettre (et je ne suis pas en pantalon pour autant).  Je pense qu'il y a une meilleure respiration de la peau et que cela favorise  l'énergie. Je ne dis pas que parfois il n'y a pas à se surmonter un peu, mais c'est moins dur: j'étais assez frileuse avant...

yael 12/03/2006 01:15

;-) Je viens de decouvrir que tu es revenue et je souris a l'evocation de tes moments en bateau. Idem ici, je sais que ce que nous vivons est tres riche.
Se separer de mes enfants pour les envoyer a l'ecole ? Oui, ca m'apporterait peut etre un petit peu de confort immediat. Mais a quel prix !!! Ici, on se leve quand on veut, on ne se depeche ni le matin ni l'apres midi, sauf si on a choisi de faire quelque chose de particulier, les enfants se lavent et se coiffent quand ils veulent (mon fils ne veut plus que je le coiffe depuis un mois, il a des dreads!) et le soir on se couche quand on veut aussi, c'est pas du confort ca ?

huau 20/02/2006 19:46

Un super texte de Patrice Douchet ne quitte jamais mon sac et je ne manque pas de le transmettre quand l'occasion se présente:
Je vous souhaite,                                                                                            de rencontrer chaque jour un poète ou une funembule "suspendue sur un fil de neige",d'entreprendre de nombreux voyages,de ceux qui ouvrent l'esprit à toutes les incertitudes,de lire 365 livres passionnants de "ces livres qui vous lisent"dirait  Armand Gatti,de ne renoncer ni à l'enfance,ni à ses appetits démesurés,d'être là où on ne vous attend pas,d'ignorer les déviations,de forcer les barrages et d'entreprendre les routes en chantier,de ne jamais vous débarasser de vos obstinations fussent elles solitaires,de vous laisser aller sur des voies inconnues toutes affaffaires cessantes,de ne pas pactiser avec la routine ,le confort,l'ennui;l'installation,la reconnaissance ou la notoriété,de garder en mémoire que la peur fait partie de toutes les aventures et que"ce n'est que lorsqu'une oeuvre est achevée qu'on commence à y voir clair",de rester locataire des lieux,une valise à la main et de laisser aux propriétaires les charges de l'usure,d'éviter de vouloir être heureux à tout prix dans un fauteuil de velours quand on peut être vivant sur un tabouret en bois,de semer des étoiles pour l'avenir à tous vents plutôt que de collectionner les poussières du passé,de jeter l'argent par les fenêtres si elles sont ouvertes sur le monde,de ne pas être chercheur d'or mais pisteurs d'étincelles,traqueurs de murmures et guetteurs de signaux,de vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué,une façon de sauver les ours et de dépouiller les banquiers,de dormir que sur une seule oreille,l'autre tendue,disponible pour les voix de la nuit ,les musiques vagabondes;les appels à l'aide d'artistes en fugue,de devenir alchimiste en transformant,comme dit mon amie Julie"les larmes en paillettes et la heineken en champagne"                                       Janvier.je vous présente mes meilleurs voeux.ce sont les miens .Patrice Douchet
dans un mois nous allons vivre  dans une roulotte et je pense que nous serons très heureux sur notre tabouret en bois dans nos 20m2...Merci Catherine pour  ces petits moments de reflexion et de partage!    à bientôt    mathilde   
 

Stéphanie Fischer 19/02/2006 12:11

oui, accepter le risque, c aussi souvent recevoir beaucoup de choses, et vivre une relation d'une autre qualité avec les personnes que l'on rencontre
c sûr, si on parle de la pluie et du beau temps, on ne prend pas de risque, il ne va rien nous arriver de grave. Il ne va rien nous arriver du tout d'ailleurs.
Alors que si on écoute vraiment, et qu'on est capable de se déboutonner un peu avec les gens qui nous entourent, on peut vivre une vraie relation, partager des émotions intenses.
c'est aussi la voie de mon cheminement ces jours-ci
bises à toi
Stéphanie

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents