Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


Accomplir des choses difficiles.

Publié par Catherine Dumonteil Kremer sur 25 Février 2006, 07:41am

Catégories : #Une pensée pour adoucir la journée

"Ce n'est pas parce-que les choses sont difficiles que nous n'osons pas les faire, c'est parce-que nous n'osons pas les faire qu'elles sont difficiles" Sénèque.

Y-a-t-il des projets que vous aimeriez réaliser mais qui vous effraient à l'avance, vous voyez dans votre esprit un magma de difficultés, une tonnes de risques, et vous n'essayez pas de vous lancer ?
Cela peut aller de l'accouchement à la maison, à l'accompagnement  non violent de vos enfants, vous voudriez peut-être changer de métier, ou partir vivre dans un autre pays.
Peut-être aimeriez-vous arrêter de travailler pour passer plus de temps dans votre famille ? Voudriez- vous déscolariser vos enfants, mais vous avez peur de ne pas être à la hauteur du challenge ?

Voilà comment je fonctionne personnellement : comme vous, j'ai terriblement peur des conséquences de mes actes, je ne suis pas sûre de moi, je me remets souvent en question, je crains les risques. Mais j'ai aussi remarqué que lorsque je prends une décision, je sais enfin ou je vais et j'agis dans la direction que je me suis fixée. La difficulté pour moi réside dans le fait de se trouver entre deux chaises, de ne pas se déterminer, de se donner mille alibis pour ne pas agir. Je peux toujours trouver des raisons pour ne pas faire ce que j'aurais envie de faire et qui me fait si peur. Mais quand j'ai décidé, je passe de l'autre côté de la barrière et mentalement ça change absolument tout, je trouve des solutions au jour le jour, mon cerveau devient créatif, j'ai des idées, et ce parce-ce que je m'attelle à mon projet. Je me mets à me poser les bonnes questions, alors qu'avant toutes les questions que je me posais aboutissaient à une objection parce-ce que ma décision n'était pas prise.
Nous avons appris notamment à l'école, à faire comme tout le monde, à mesurer les risques, et à n'en prendre aucun, notre sens de la créativité était le plus souvent ignoré voire puni ! Ce sont des éléments qui sont encore en nous. Pourtant prendre des risques est la seule et unique manière de vivre, c'est mon point de vue, vous ne savez pas encore ou vont vous conduire vos enfants si vous les laissez faire, les remises en question vont être nombreuses, pour "votre" bien.
Vous méritez mieux qu'un quotidien étouffé par l'ennui !
Allez, au boulot !!!
Catherine Dumonteil Kremer

Commenter cet article

Valy B. 03/02/2009 15:12

Je connaissais votre livre "Elever son enfant autrement" qui fait partie de ma bibliothèque depuis la naissance de ma petite dernière (4ans), mais pas encore votre blog.Je suis heureuse d'en avoir fait la découverte !Vos mots font du bien, votre manière d'envisager la vie aussi ...C'est avec plaisir que je vais continuer de vous lire ici.

Bouriot Muriel 15/10/2007 16:44

Bonjour,J'ai toujours appris à faire comme mes parents, à faire bien les choses, à être polie, etc...Aujourd'hui, devant divers problèmes que je rencontre, j'ai besoin de faire comme j'ai envie de faire. J'ai besoin de dire "Non" à mon copain, j'ai besoin de lui dire "Je ne veux pas faire comme tu me dis que les choses doivent être faites." J'en ai assez de tout. Sauf de ma fille. J'ai envie de dire à mon compagnon "Je ne veux pas faire comme tu fais, j'ai envie que les choses soient diffentes, et non comme lui l'imposent. Il veut que l'on se voit 1 week-end sur deux, et que l'on ne se voit pas la semaine. Mais et moi alors dans tout ça ??J'avais accepté jusqu'à présent. Mais maintenant je ne peux plus, au nom de ma fille et de moi.

anne 24/03/2007 09:46

Merci beaucoup pour ce message.
J'ai frémi en le lisant car c'est exactement là où je suis : entre deux chaises, flottante, indécise sur quelques point centraux de ma vie... Et je tournicote et tournicote. J'ai un mal fou à faire confiance à mon intuition, à faire le pas pour quitter un de mes boulots qui me rend littéralement malade et par ailleurs, à descolariser mes filles. Du coup, la colère gronde, monte en moi de façon abominable, contre les instit de mes filles, contre le système scolaire et ça se répertute malheureusement parfois sur mes filles. En gros, j'ai la trouille. C'est comme si j'aimerais que quelqu'un me dise que tout va aller bien et que je saurais surmonter les problèmes s'il y en a et que je vais trouver un rythme plus conforme à moi-même en faisant ces deux pas cruciaux. Je sais pourtant que c'est seulement la confiance qui peut m'affirmer cela. Pas quelqu'un, une personne... Mais mon dieu que c'est dur de faire confiance, parfois, surtout quand on engage ses propres enfants !
Merci en tout cas pour ces petits courriers, bien écrits, qui touchent là où il faut.

corinne 07/04/2006 14:37

j'aime beaucoup ce site, et cet article me parle... en effet j'ai eu un enfant tout en étant célibataire (j'avais rompu avec le père après une très courte relation) et je n'ai jamais considéré ça comme difficile... d'ailleurs je n'ai pas de difficulté majeure, pas de problème pour allaiter, pas de problème pour l'aimer et le materner... j'ai beau avoir une partie de moi très stressée, je suis calme avec lui... je comprends vite quels sont ses besoins... alors que j'en vois d'autres, avec un enfant aussi, vivant en couple et qui n'ont pas l'air de s'en sortir, parce qu'ils se compliquent la vie...

yael 12/03/2006 01:33

:-), je fonctionne comme toi.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents