Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


Aldo Naouri et le soutien aux enseignants

Publié par Catherine Dumonteil Kremer sur 3 Juillet 2008, 06:15am

Catégories : #Au fil des jours

Avez-vous écouté le téléphone sonne sur le thème de l'autorité il y a quelques jours de cela sur France Inter ?
Pierre me l'avait signalé et j'ai de ce fait tendu l'oreille.
J'ai cru qu'ils allaient évoquer l'interdiction de la fessée demandée par le conseil de l'Europe. Ce sujet a été seulement effleuré, la france s'en moque apparemment, elle n'aurait envoyé aucun représentant à la conférence de Zagreb où le sujet était discuté, contrairement aux autres pays qui  prennent  l'affaire très au sérieux si  l'on en croit un article du nouvel observateur paru cette semaine, signé par Claire Fleury.
Le seul évènement qui tourmente les spécialistes, c'est la fameuse gifle donnée à un élève de sixième par un enseignant. C'est le seul sujet de débat...
C'est là que le pédiatre Aldo Naouri entre en scène d'après lui, les enseignants ne sont pas assez soutenus... Et je suis d'accord avec lui, mais je n'avais pas attendu la fin de son raisonnement. Les parents, adultes, devraient toujours donner raison aux enseignants lorsqu'un conflit les oppose à un enfant. C'était donc ça ! Voilà ce que monsieur Naouri entend par soutien !
Il faut donner raison à l'enseignant coûte que coûte. Pour ... sauvegarder les apparences ? Donner aux enseignants une illusion de toute puissance ?  De contrôle absolu ? Pour faire en sorte que l'enfant lui se débarrasse de cette même illusion de puissance ? Il ne faudrait pas qu'il pense avoir un peu de pouvoir le rejeton. Tout le monde doit se liguer contre lui.
Décidément je n'arrive pas à trouver ce qu'il y a de bon dans cette idée qui n'est pas très révolutionnaire, mes parents agissaient, ainsi, les adultes avaient toujours raison contre moi.
Il me semble que c'est ainsi que l'on produit des générations de personnes soumises à l'autorité, que de nombreux enfants n'oseront jamais parler des abus dont ils sont victimes, à quoi bon ? Quand on sait que seul l'adulte a raison, comment pourrait-on tenter de le remettre en question ? Du point de vue de l'enfant ce parti pris est une catastrophe, mais c'est la place de l'enseignant qui m'intéresse aujourd'hui.
Que peut bien penser, sentir un enseignant à qui on donne toujours raison, quelles que soient les mesures autoritaires prises à l'encontre des enfants ? Cela ne revient-il pas à nier ses problèmes quotidiens. C'est un peu comme si l'institution lui disait :
Nous vous soutenons contre vents et marée c'est tout ce que nous pouvons faire, ne venez pas nous dire que vous avez des problèmes de discipline, seuls les mauvais enseignants en ont.
Ainsi la crainte d'être considéré comme incapable prend le dessus, et personne n'ose parler de ses difficultés, sauf peut-être dans les quartiers vraiment difficiles où on ne peut survivre autrement.
Le soutien pourrait consister à regarder les problèmes en face, à les évoquer clairement, à tenter de trouver ensemble des solutions qui respectent jeunes et enseignants.
Etablir qui a raison n'est pas le centre du débat. Parler des  besoins de chacun, se mettre en recherche de solutions, voilà ce qui me semble urgent aujourd'hui.

Si vous avez des idées, j'en ferai un récapitulatif à envoyer au ministère de l'éducation nationale ?

Bonne journée !
Catherine Dumonteil Kremer


 

Commenter cet article

Jean Louis 05/08/2008 08:35

Les enseignants, plus encore que les parents je crois, sont entre le marteau et l'enclume. Ils sont chargés de transmettre un enseignement dont la légitimité et l'intérêt sont remis en cause par les temps qui courent, chargés de transmettre certaines valeurs de vie ou de citoyenneté qui ne convainquent plus grand-monde et obligés d'assumer ou de supporter les révoltes que tous ces enseignements désuets suscitent chez les élèves.Ils subissent de plein fouet "la crise de l'autorité" dont je parle dans mon blog. Ils sont aux premières loges puisqu'ils enseignent plus que quiconque.   Ils sont ballottés entre l'intérêt de l'enfant ou de l'adolescent et leur devoir de transmission. Et ils n'ont guère le moyen de dépasser cette difficulté sauf à être capables de déclencher la passion des élèves pour leur discipline par leur talent.Evidemment, les deux écueils sont : l'autoritarisme, le droit "divin" du maître ou l'effacement de la contrainte et de l'exigence.  

Mari 09/07/2008 10:47

Bonjour! Encore une de ces intérventions du Dr. Aldo Naouri! Je pense tout simplement que ce monsieur est la preuve vivante du résultat d'être élevé par des paretns très toxiques et qui est dans la dénégation total de sa souffrance... qu'il ne veut pas accepter. Je pense qu'il faudrait lui offrir le livre "Parents Toxiques" de Susan Forward (que je viens de lire) et une bonne thérapie! Une preuve de plus des ravages de l'autoritarisme et la violence éducative. Le petit garçon qui vit encore dans ce "Dr." continue à souffrir en silence entouré de dénégation pour protéger l'adulte qu'il est devenue. Ses interventions de ce type ne font que me rassurer sur le fait de que j'ai fait le bon choix d'éducation en choissisant l'éducation non violente et le respect de l'enfant.

Géraldine 07/07/2008 15:24

J'ai écouté cette émission et son playdoyer pour un soutien envers et contre tout des professeurs m'a fait bondir. Bien sûr que le propos d'Aldo Naouri sert une idéologie dans laquelle
l'autorité venant d'en haut (qu'elle soit morale, politique ou économique) est la valeur essentielle, qu'elle soit légitime ou pas ! J'ai failli m'évanouir lorsqu'il a dit que lorsqu'on ne compenait pas une sanction donnée à un élève, on devait se demander d'abord s'il ne l'a pas mérité... Tous coupables, quelque part??C'est ainsi qu'on tient en laisse les gens, qu'on les empêche d'être eux même, d'exprimer leurs besoins, leurs envies, leurs rêves, qui ne sont pas toujours compatibles avec les impératifs de rentabilité, de performance et de croissance économique qui visent à permettre à une minorité de passer leurs vacances sur des yachts et de se prélasser dans des baignoires en or. Le hic, c'est que lorsque la pression finit par être trop forte, la cocotte minute explose. Mais entre temps, le CAC 40 a augmenté...

Clau 03/07/2008 15:22

Je suis prof et je suis la dernière à penser que j'ai tjs raison sauf pour rire ! ! !Bon, même si ce n'est pas dans l'ère du temps, et à titre personnel, pour sortir de la spirale autoritaire, j'ai lu et mis en pratique Enseignants efficaces de Thomas Gordon, cela m'a beaucoup aidé ! ! ! Des formations  pour le sprofs existent??? Les intégrer au Plan académique de formation??? Mais à l'heure actuelle, on parle de supprimer toutes formations pédagogiques pour les profs alors...

bardaji 03/07/2008 14:41

Sur le même sujet, lire "Chagrin d'Ecole", de ce cher Daniel Pennac... Le point de vue justement d'un enseignant.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents