Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


Accepter ou se résigner... Parents Conscients extrait

Publié par Catherine Dumonteil Kremer sur 29 Septembre 2010, 08:21am

Catégories : #Elever son enfant autrement

http://1.bp.blogspot.com/_rRrvgd47pjs/SceOp2o0x9I/AAAAAAAAA4c/BUeCx6_Ynh0/s400/parfaite+3+copie.jpg

 

 

A Sylvie qui se demande quelle est la différence entre résignation et acceptation, un embryon de réponse :

 

Je te renvoie à une chronique que j'ai écrite dans 'Grandir Autrement" sur le thème céder et dire oui...
Pour moi, c'est la même chose enfin le même style de différence... Quand je cède, j'ai d'abord dit non, à haute et intelligible voix ou au fond de moi. Un non qui a produit tout un tas de tensions en moi, et puis j'ai fini par céder... Oui mais céder ce n'est pas consentir, tout comme se résigner n'est pas accepter.
Quand je dis oui, il y a une espèce de bouffée d'oxygène qui me remplit, quand je dis oui, mon coeur s'ouvre, j'accueille, je souris... Et le message pour mon enfant est très différent.
Quand je cède, je suis tendue, c'est un faux oui, ce n'est pas un refus non plus,  je suis tiraillée, céder ce n'est pas accepter...
Quand je cède une petite voix peut me souffler "tu t'es faite avoir", ou bien" tu fais n'importe quoi", " ça fait une heure que tu dis non et tu changes d'avis ??? Quel drôle de parent tu fais ?" mais il y a aussi les "j'ai bien fait pourquoi je m'accroche à ça", et autres prises de conscience qui viennent généralement à la suite de nos ruminations internes.
Et ce qui se passe dans nos vies de parents avec l'éducation que nous avons reçue, c'est que l'on commence par céder, ou se résigner à, pour moi ce sont des étapes, et peu à peu on devient acceptant, on dit "oui"... Et on se rend compte quel bien cela nous fait, on a fait du chemin quand on dit oui sur un certain nombre de sujets sur lesquels nous nous étions résignées...
Et tout ceci est un processus, on peut très difficilement lui tourner le dos et faire semblant, parce qu'on nous l'a dit, d'accepter.  Tout ce que l'on a mis soigneusement sous le tapis resurgira violemment à l'adolescence... C'est loin, d'accord, mais le temps passe vite... Et puis cette question de la résignation, vous pensez vraiment qu'elle concerne seulement nos enfants ?
Combien de fois nous sommes nous résignées à faire le ménage, à faire l'amour sans désir, à faire mille choses qui nous grignotent tranquillement de l'intérieur...
Et bien vous savez quoi ? Les autres reçoivent surtout la tension quand on se résigne. Le partenaire ressent l'absence de désir, les enfants ressentent la victimisation avec laquelle on teinte les tâches quotidiennes, nous savons très bien tous autant que nous sommes lorsque les autres agissent avec élan, amour, enthousiasme... et lorsqu'ils traînent les pieds, c'est un peu comme s'ils nous accrochaient un boulet à la patte...
Et finalement, puisque j'en suis rendue ici, est-ce que par le plus grand des hasards, ce ne serait pas cette multitude de contraintes dans nos vies qui nous empêchent de dire de vrais oui... N'est-ce pas cette mauvaise réputation du non qui nous enferme dans la résignation à perpétuité ?
Pour savoir dire oui, de véritables oui, il faut pouvoir dire non...
Dire non à tout ce que l'on subit depuis que l'on est enfant, dire non à une vie que l'on a peut-être pas choisit, dire non pour pouvoir dire oui à nos enfants....
Bonne journée à tous !

Catherine Dumonteil Kremer

Commenter cet article

Carine 30/09/2010 16:02



Je suis tout à fait d'accord, céder et se résigner, c'est se faire un peu violence (ou beaucoup, ça dépend) et toute violence se répercute sur autrui...



Catherine Dumonteil Kremer 02/10/2010 08:40



Oui je vous rejoins là dessus



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents