Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Parentalité Positive au quotidien

Articles, idées, astuces de la pionnière de la parentalité positive en France, Catherine Dumonteil Kremer

Augmentez votre richesse intérieure :-))

http://www.roseshocking.com/wp-content/uploads/2011/10/shutterstock_619874561-265x300.jpg

Étonnante publicité

Regarder la télévision n’est pas mon occupation favorite, même si je suis une dévoreuse de séries américaines. Pourtant à chaque fois que je tombe sur des slogans publicitaires, je suis étonnée par l’usage qu’ils font de nos faux espoirs.

« Je suis d’humeur à conquérir le monde ! », « You can », « un signe extérieur d’une richesse intérieure », « La vie est une question de priorité », « A vous d’inventer la vie qui va avec » etc. Si je n’étais pas devant mon poste je pourrais croire que je suis entrain de parcourir un livre sur le thème de la visualisation positive ! ça y est les publicitaires s’emparent du développement personnel pour vendre leurs produits… À l’aide de slogans prometteurs, ils nous poussent à penser, à sentir même qu’en se portant acquéreur d’une voiture, ou d’un nouvel appareil photo, notre vie va changer… Notre richesse intérieure va augmenter !

Je suis bien certaine que personne ici ne se laisse berner par de telles affirmations, mais… Les faux espoirs n’ont pas besoin des publicitaires pour faire des dégâts. Ce sont toutes nos espérances d’enfants englouties par le refoulement qui refont surface sous la forme de :
« Quand j’aurais telle voiture, ça ira mieux », ou bien « quand je serai propriétaire de ma maison, je serai plus heureux » ou moins évident à débusquer « si je travaille encore plus dur mon patron va me garder dans l’entreprise », « si je me sacrifie pour eux mes enfants m’aimeront » etc.

Le faux espoir est caractérisé par un besoin urgent. Une fois comblé ce dernier nous procure un soulagement provisoire, le problème refait alors surface. C’est dire que nous déployons parfois beaucoup d’énergie dans le but de satisfaire des besoins de l’enfant que nous avons été. « Si j’arrive à connaître les attentes de mes parents, je pourrai les satisfaire et mes besoins seront alors comblés ». Nous avons ressenti une douleur intense, et menaçante lorsque nous étions petits et que nos attentes étaient déçues, pour éviter cela, nous avons échafaudé une sorte de système de défense dont les faux espoirs faisaient partie intégrante.

Malheureusement ces besoins ne peuvent plus être comblés, et nous avons à faire un travail de deuil. En cherchant à avoir conscience des faux espoirs qui se manifestent dans nos vies, en cessant de combler les besoins qui y sont associés pour ressentir la blessure ancienne du petit enfant, celle que nous n’avons pas pu ressentir car nous nous sentions menacés dans notre survie même. Ce travail peut se faire en compagnie d’un thérapeute.

Ce travail est passionnant mais très difficile à mettre en œuvre ! Devenir plus conscient de nos motivations nous évite de tomber dans le piège de nos anciennes blessures, et nous permet de récupérer notre vie. Nous étions tout simplement parfaits au moment de notre naissance, et nos enfants le sont également ! Voilà encore un bout de chemin à parcourir vers plus de richesse intérieure, celle qui ne dépend d’aucun facteur extérieur, mais de nous-mêmes !

Bonne route !

Catherine Dumonteil Kremer

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Commenter cet article

Isabelle 15/02/2012 14:57


Merci Mathilde pour les informations ; je vais aller regarder tout ça!

bruno doutremer 13/02/2012 19:03


Très juste et c'est parfois un long chemin. Nous restons aveuglés par les stigmates du passé et l'aide d'une thérapie est profitable.

Jennifer 09/02/2012 06:07


Bonjour,


Encore un magnifique billet... Plein de bon sens, de réalité et qui me redonne un peu d'espoir... mais pas facile de faire comprendre tout ça autour de soi à des personnes qui ne voient que par
le système actuel et se complaisent dans l'acquisition de toujours plus en espérant être plus heureux...


Je me rends compte depuis quelques temps que tout ce que je peux avoir ne me rends pas plus heureuse dans la vie et que le comportement de mon conjoint avec les enfants m'importe bien plus que
l'achat de notre prochaine voiture... Mais à prioi, nous n'avons plus les même priorités... ;)

anne detremmerie 08/02/2012 23:18


bonjour


merci pour cet article fort intéressant... le travail est long voire très long pour retrouver cette richesse intérieure. La première étape est peut être de s'observer faire comme l'indique cet
article, c'est déjà une grande prise de conscience.


J'ai trouvé bcp d'aide ds la psychothérapie corporelle : école psychodynamique (pour les gens de la moitié sud de la France) ou dans l'école 'filliozat' (ces bouquins sont aussi très bien). Alice
Miller propose aussi une liste de questions à poser au thérapeute qu'on envisage de voir... Je trouve que sa liste est super. Elle permet de se faire très vite une opinion sur le thérapeute qu'on
a en face de soi. Ma soeur est allée voir un psychiatre avec cette liste et il l'a jetée, elle n'est bien sûr pas retournée et elle a dc gagné du tps et de l'argent en allant voir qqn d'autre
;-)... Ma thérapeute, elle, répond à ces questions sans être mal à l'aise et je discute svbt son oint de vue en lui rappelant que je ne veux pas qu'elle applique des dogmes avec moi mais qu'elle
soit juste à mon écoute sans me juger... Alors vive notre richesse intérieure et le chemin qu'il faut parcourir pour la retrouver petit à petit.


anne


..

Mathilde 08/02/2012 17:01


 


en réponse à Isabelle, heureusement que poser des questions à un thérapeuthe ça se fait et ça peut faire gagner beaucoup de temps (de l'argent aussi), la confiance me paraît aussi essentielle, un
thérapeuthe doit accompagner et un sentiment d'égalité me parait important et chacun a droit au respect , bébé, enfant, personne en thérapie etc.


le site d'Alice Miller www.alice-miller.com donne des piste pour répondre à cette question FAQ: Comment trouver le/la thérapeute qui me conviendra ?

un autre site dans le même esprit : www.regardconscient.net très riche par ailleurs, par ex. à propos de séries américaines : un article sur Desparate Housewifes (Un scénariste désespéré)


bonne lecture


Mathilde


ps : autre site ++ www.oveo.org (Olivier Maurel)


 


 

Isabelle 08/02/2012 14:32


J'ai terminé hier le livre d'Alice Miller "c'est pour ton bien" donc tout ce qui est écrit là me parle et est d'actualité! Le livre me fait me poser des tas de questions et me fait envisager d'en
parler avec un thérapeute, mais je ne sais pas comment trouver quelqu'un en qui avoir confiance. En effet Alice Miller écrit que beaucoup de thérapeutes, qui ont eux-même refoulés des émotions de
l'enfance, n'aident pas leurs patients à trouver le bon chemin, notamment pour exprimer des sentiments de colères (si j'ai bien compris ce qu'elle a écrit). Quels seraient les critères à prendre
en compte ou les questions à poser (est-ce que cela se fait?) : psychiatre? psychologue?

Lilie 08/02/2012 13:25


C'est drôle, ça fait plusieurs mois que je fais ce raisonnement en entendant les publicités et que j'ai cette prise de conscience, en comprenant parfaitement le message caché derrière et
l'illusion qu'elles veulent donner... J'aimerais dire ce que vous écrivez à tant de gens, qui se sentent si vides dans leurs vies et qui pensent que la matérialité peut les combler...