Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


Grands espaces ou petits nids

Publié par Catherine Dumonteil Kremer sur 27 Janvier 2012, 06:44am

Catégories : #Elever son enfant autrement

 

http://images.blog-24.com/940000/945000/944948.jpg

 

Grands espaces ou petits nids !

Ma famille et moi vivons dans un tout petit espace, et je me suis posé pas mal de questions sur la maison idéale, l’espace et sa gestion…

Mon premier bébé avait sa chambre quelques mois avant sa naissance, ce lieu que j’avais préparé avec amour comme s’il était un petit nid… Comment pouvais-je imaginer que ce nid pourrait être habité par un oisillon seul, c’est pourtant ce qui s’est passé, les menaces de la puéricultrice de la maternité où j’avais accouché étaient très claires : « il ne fallait surtout pas  dépasser quinze jours de chambre partagée ».

Cette chambre imposait une intimité à un être qui réclamait de toutes ses forces la proximité de ses parents.

Pourtant elle semblait et semble toujours obligatoire aux yeux de la majorité des couples qui attendent un enfant ! C’est ainsi, les maisons s’agrandissent avec la taille de la famille invariablement,  A chacun son espace et sa tranquillité ! C’est la devise de la classe moyenne occidentale qui s’évertue à répondre à un besoin d’espace individuel qui ne s’exprime pas chez les touts petits.

Nous projetons nos besoins de calme, d’isolement, sur les enfants qui n’en ont cure et ce pendant de longues années. C’est si pratique de pouvoir s’isoler pour échapper au bruit, à l’invraisemblable joyeux chaos que génère une famille, un peu de tranquillité… Enfin !

C’est bien commode d’avoir la possibilité de se séparer des enfants quand on le décide !

Avec le temps, ayant connu toutes sortes de maisons différentes, j’ai fini par me demander si l’espace n’est pas générateur de crises et d'agitations en fin de compte. J’ai vécu dans une très grande maison, où chacun de mes enfants pouvait avoir son espace, une grande pièce servait de salle de jeux, elle était si grande cette villa qu’il était difficile de s’y retrouver !

Ma conclusion après cette expérience est la suivante : quel que soit l’espace que nous habitons nos enfants de moins de dix ans se trouvent à une distance de trois à cinq mètres autour de nous. C'est le résultat de la loi d'attraction entre les parents et leurs enfants.

Cette irrésistible attirance cesse progressivement, mais si vous avez un bébé de trois mois, inutile de déménager, votre petit nid suffira à combler les besoins de votre famille pendant plusieurs années, même si un ou deux autres bébés viennent s'ajouter à votre tribu.

De quoi a-t-on finalement besoin lorsque l'on accueille un bébé ? D'organiser la proximité, le réconfort, une pièce suffirait amplement, une pièce facile à chauffer en hiver, un endroit où chacun est rassuré par la présence de l'autre.

Je crois que c'est la raison pour laquelle nous avons réussi à passer d'une maison de 300 m2 à une maison de 65 m2, nous pensions avant de nous y installer que nous ne parviendrions pas à vivre dans si petit espace, et nous y sommes depuis dix ans !

Il faut croire que le format petit nid peut très bien convenir aux familles qui ont le soucis de respecter les liens d'attachement avec leurs petits.

Ces questions d'espace sont vraiment étonnantes quand on y pense ! Réduire l'espace c'est augmenter la proximité, c'est renforcer le lien, c'est faire face, et vivre ensemble vraiment !

Catherine Dumonteil Kremer, 2007

(Cet article date de 5 ans en arrière, j’ai déménagé il y a deux ans… J)

Commenter cet article

mayrime 25/02/2012 17:47


je me pose aussi souvent la question à quoi sert tout cet espace au final? nous habitons une maison de 100m2 à peine et parfois nous sommes 6 (les vacances surtout) et l'espace n'a jamais manqué
aux enfants, chacun y trouve son "coin" son refuge si besoin. ce n'est pas l'espace qui importe mais la place que nous faisons à nos enfants.

Valérie CK 01/02/2012 21:31


Il est bon de rencontrer de part internet d'autres personnes qui ont des réflexions et des pratiques semblables aux nôtres. Nous habitons une mini-maison de 30m2 avec deux enfants (6 ans et 21
mois). Cette maison, qui se voulait être une expérience de vie nous convient parfaitement : se centrer autour de l'essentiel, tant matériel qu'humain, c'est pouvoir accompagner pleinement les
enfants sur le chemin de la vie et vivre soi-même sans fioritures. Notre plus grand adore sa maison et ne l'échangerait pas du tout contre une des maison "standard" de ses copains de classe ou de
ses cousins. C'est là que l'on mesure à quel point les enfants aiment la proximité et le contact, et si on veut bien leur offrir cela, ils développent des qualités humaines d'écoute et de
tendresse incroyables. Nous avons toutefois la chance de vivre à la campagne, avec horizon et calme autour de nous. Et s'il est vrai que la maison est miniature (mais tout confort !), nous vivons
aussi beaucoup dehors, ce qui ne serait pas possible en ville... Alors OUI aux petits nids douillets à condition d'avoir un grand espace autour !

chris 31/01/2012 14:29


merci pour ce billet.j'ai vécu mon enfance dans une grande ferme plus de 200metres carrés,biensur je pouvais aller dehors n'importe ou sans limite et j'ai adoré mais dans la maison,on devait
crier pour s'appeller,on se cherchait souvent ,et il n'y avait pas pour autant de respect physique, du au grand espace. il n'y avait pas de liens de proximité.et je crois que ca allait bien à ma
famille.


moi qui avait besoin d'etre protégée,j'ai des souvenirs de soirs d'orages violents,de peurs de monstres,alors que la chambre de mes parents se trouvait de l'autre coté de la maison.c'est un peu
comme si j'avais été seule.sans compter les fois ou j'étais malade pour aller les appeller.les fois ou on oublie quelquechose dans une piece .


 


j'ai compris il y a quelques annees que en réaction( ou instinctivement) je ne voulais plus de grande maison.j'ai une petite maison ,je pense que on se repsecte avec mon mari et mes enfants,et
c'est vrai que ca resserre les liens,ca crée une proximité.c'est un coccon.


merci catherine d'avoir mis en lumiére cela.


avez vous remarqué comme parfois la maison à une ame et ressemble à ses habitants.en reflechissant à ceux que je connais qui ont une grande maison  qui leur plait,je peux faire un lien .


chris

Jennifer 28/01/2012 06:47


Bonjour,


Merci beaucoup... Actuellement je vis en maison (90 m2), nous sommes 4, avec quatre chambre. Mes deux enfants (moins de 5 ans) ont chacun leur chambre et il y a une pièce qui nous sert de bureau
ou de chambre d'accueil (je suis assistante maternelle).


J'ai dormi avec mon deuxième enfin jusqu'aux vacances de Noël (il aura 2 ans en avril) et pendant les vacances, je l'ai habitué à sa chambre parce que le papa commençait à ne plus supporter le
partage du lit conjugal... Cependant, mon aîné (4 ans) me posait parfois des difficultés la nuit (réveils pour moults raisons). Et il y a une semaine environ, il a ressenti le besoin de me
demander s'il pouvait dormir avec son petit frère dans la chambre de ce dernier (en fait, le petit qui a dormi longtemps avec moi dort sur un matelas double posé à même le sol pour sa sécurité,
il y a donc largement de la place pour eux deux... Mon mari a commencé par refuser, j'ai pris alors le temps de lui expliquer que si cela pouvait les rassurer tous les deux, nous n'avions pas à
nous y opposer à partir du moment où ils ne décidaient pas de jouer jusqu'au petit jour. Et pour le moment, il n'y a rien à dire, ils dorment ensemble, semblent plutôt contents de cet arrangement
et ont plus de facilité à se prêter leurs affaires puisque la chambre du grand sert au final de salle de jeux...


Alors, je suis vraiment heureuse de lire ce billet qui me conforte dans mon choix... Mon mari me certifiait qu'ils avaient chacun leur espace donc qu'ils ne devaient pas dormir ensembles... Que
ce n'était pas comme ça que ça fonctionnait! Mais après tout, j'ai bien dormi jusqu'à mon adolescence dans la même chambre que mes deux soeurs, et je ne l'ai pas mal vécu du tout! Au contraire,
nous pouvions nous raconter des histoires avant de nous endormir... Mon mari étant fils unique, il n'a pas vraiment eu la même éducation lié au manque de place (110m2 pour 3)...


Je réfléchis même à ne faire qu'une pièce à dormir pour les enfants, et une pièce salle de jeux où il n'y aurait que des jouets, un endroit avec des coussins pour lire ou faire des batailles bon
enfant d'oreillers... Je réfléchis vraiment à cette possibilité bien plus agréable pour les enfants!! ;) Alors merci!!

Perrine Farenc 27/01/2012 21:56


Bonjour,


merci pour vos ouvrages et billets qui éclairent ma route. Moi aussi je réfléchis beaucoup à la question de l'espace en ce moment. Nous habitons à trois dans 40m2 dans Paris, ce qui est une
chance car je reste proche de mon cercle d'amis et de relations qui y sont encore. Pourtant je ne compte pas les remarques qui sous-entendent que nous devrions déménager afin d'avoir une chambre
pour notre petit, qui ont commencé pendant ma grossesse et qui vont crescendo à mesure qu'il grandit (il n'a pas encore 2 ans!). Pour ce faire, nous devrions obligatoirement habiter beaucoup plus
loin en banlieue ce qui m'isolerait et allongerait le temps de transport de mon conjoint mais peu de gens sont sensibles à ces arguments lorsque je les énonce. Récemment nous avons appris que
nous pourrions peut-être bénéficier d'un logement social avec trois pièces  (dans Paris) et plus je réfléchis, plus je me dis que la troisième pièce, plutôt que d'être une chambre pour notre
fils, qui n'en a pas vraiment besoin pour le moment, serait une pièce "bureau" qui donnerait plus de satisfaction à mon conjoint (qui aime les bibliothèques pleines de livres et aussi de pouvoir
s'isoler pour se ressourcer)... Chez nous c'est un peu encombré et en désordre et oui je râle parce que la cuisine est petite mais c'est douillet et cosy et je m'y sens bien, beaucoup mieux que
dans de grands appartements un peu vides...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents