Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Parentalité Positive au quotidien

Articles, idées, astuces de la pionnière de la parentalité positive en France, Catherine Dumonteil Kremer

Le père Noël- Parents Conscients extraits

adonew.jpg

 

 

Croire ou pas au père noel, une opinion ?

"... pour moi le fait de croire ou pas au père noel n'a rien à voir avec une opinion, il n'existe pas... Si quelqu'un croit en son existence ici je comprendrais qu'il la transmette à son enfant, mais là c'est très différent, nous sommes un groupe d'adultes qui ne croyons pas plus au père noel depuis longtemps, nous savons qu'il est une fable, et nous faisons ou pas passer ce message à nos enfants. 

Quand ma dernière fille Claire doutait de son existence parce que son institutrice lui disait que le père noel existait bien, j'insistais dans l'autre sens, parce que ce n'est pas une opinion que je donnais, c'était une vérité tangible. Quand je parle à mon enfant de la vie après la mort ou de l'absence de vie après la mort, pour moi je formule une opinion, une croyance. Mais sur le père noel ça n'en est plus une. 
La société est entièrement organisée à cette période pour berner les enfants, et c'est une insulte à la confiance aveugle qu'ils vouent à leurs parents. Je vois ça dans leurs yeux émerveillés quand ils voient ce fameux père noel dans les magasins : est-ce normal de réveiller artificiellement un état pareil ? 
Nos enfants peuvent être émerveillé par un champ de coquelicot, ou un papillon, par des éléments vrais de leur quotidien !
C'est peut-être un peu excessif ce que je raconte, mais en tout cas mes trois filles adorent noel et n'ont jamais entendu parler de père noel (si ce n'est au travers de sa légende), le simple fait d'être ensemble et de faire attention les uns aux autres, de chercher des cadeaux que chacun aime suffit à faire de cette fête quelque chose de sympa. Et puis il y a les décorations, les lumières... C'est un très joli rituel d'hiver.  "
Catherine Dumonteil Kremer

Mentir aux enfants
"Je te rejoins bien là dessus Blandine, et je me rends compte que l'oppression  des enfants est invisible quand il s'agit de leur mentir. C'est une des choses qui me faisait beaucoup souffrir l'incohérence ou les mensonges de mes parents. En tant qu'enfant je crois que l'on s'attend à recevoir beaucoup de bon de la vie, de vraies relations avec des adultes qui n'ont pas peur de la vérité.
Je me rappelle avoir fait un stage de chant familial avec des animateurs qui travaillaient eux avec des tout petits. Ils avaient basé toute une semaine de leur vacances sur un conte, et le dernier jour, dans la forêt, ils avaient déposé des indices qui permettraient aux enfants de croire en l'existence des
personnages du conte.
Ils riaient beaucoup en parlant du fait que cela avait très bien marché, les enfants croyaient en ce qu'ils voyaient, en même temps de l'interrogation et de l'émerveillement qui plannaient dans leur regard, bien franchement si la fée de cendrillon pénétrait ma maison, maintenant c'est ce que j'éprouverai, de
la surprise, est-ce vrai ? Et de l'émerveillement, ça correspond à toute ma culture d'enfant walt disneyisée.
En écoutant les animateurs, au fond de moi il y avait quelque chose de très fort qui se manifestait, j'avais envie de leur dire à quel point les enfants ont besoin d'authenticité, à quel point ils ne sont pas "mignons" mais juste des humains qui se nourrissent de respect, pourquoi leur faire cela ?
Je sais bien que cela va à l'encontre de ce que la plupart d'entre vous ressentent et pensent, et je suis désolée car j'aimerais que vous vous sentiez à l'aise sur la liste. Cela fait des années que nous partageons avec certains d'entre vous et nous avons avancé dans notre réflexion, j'a parfois le sentiment
qu'avec les thérapies, les partages, et les contacts quotidiens avec nos enfants, nos yeux s'ouvrent, et peut-être que nous allons trop loin ! "


Catherine Dumonteil Kremer

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Commenter cet article

Oxymore 13/12/2013 09:27


Bon, ben je vais être la seule à avoir un avis qui diffère.


Pour moi, effectivement il ne s'agit pas de "faire croire au Père noël" de leur mentir, mais de leur raconter une belle histoire.


Il me semble qu'il suffit de ne pas s'acharner à en prouver l'existence mais comme pour les légendes et les contes, leur raconter comme une belle histoire. Les enfants croient que leur nounours
est content de se promener en poussette en plastique ou leur poupée de manger dans la dinette et nous ne venons pas leur dire que c'est faux, que ce ne sont que bouts de tissus et yeux en verre,
non? Nous les laissons y croire. Et bien c'est pareil pour le père noël pour moi.
J'aime celle qui dit "On raconte que le père noël vient..." parce qu'on dirait le début d'une histoire. Il me semble que c'est comme ça que j'ai envie de faire.

Mélanie 09/05/2011 23:42



Tout ceci est très juste et j'adhère totalement et comme il n'est jamais trop tard pour bien faire je pense que je vais aborder la question avec ma fille de 33 mois dès demain et je vais rétablir
la réalité en douceur! Pour son petit frère et bien nous avons la chance qu'il n'ai pas eu la notion du père noël donc il verra Noël avec toute son authenticité! Merci infiniment!



Christine 22/12/2010 23:38



Je me permet de faire un commentaire sur la fin de votre article: qui sait ce qui est trop  loin, ou pas assez loin? Qui pose les limites? Les autres ou nous même? Qui alors a le plus de
légitimité?


Ouvrons les yeux, et si possible, que nos enfants nous suivent dans cette voie! Nous n'irons jamais assez loin. Combien de fois me suis je traité d'idiote car je croyais être allée trop loin dans
mon comportement, et comment après avec le recul je me suis rendu compte que ce "trop loin" ne l'était pas. Il l'était pour quelques uns seulement qui restaient bloqués sur une situation donnée
ou sur une idée et pour qui se remettre en question (ou évoluer, grandir) n'était pas possible sans heurter leur intégrité. Parfois je me compare à une "guerrière" qui déplace les frontières et
même qui fait disparaître ses frontières...D'ailleurs, quelle journée!



Christine 22/12/2010 23:26



Bien d'accord avec toutce qui a été écrit...mais j'ai la même question : comment faire quand on est seule à être convaincue de cela dans son entourage? Et que l'entourage n'a pas envie de
discuter et de remettre ses idées en question?



Blandine 21/10/2010 08:08



Coucou Catherine, plaisir de te lire ...


et agréablement surprise de voir mon prénom !!!


j'espère que tu vas bien !



Catherine Dumonteil Kremer 31/10/2010 13:20



Oui et toi ??? Tu sais que je pense très souvent à toi ! Alors quoi de nouveau ? Ou en es-tu ?


 


Bisous



Fanfreluche 18/10/2010 16:00



bonjour


je me suis toujours dis que je ne ferai pas croire au Père Noël. Je sais que je vais devoir me justifier. Tant pis. Je leur demanderai de se justifier aussi.


Juste une chose : ma tante, avec qui j'ai parlé de ce choix une fois, m'a raconté l'utilité qu'elle avait trouvé à ce "mensonge" : sa fille lui a donc demandé un jour s'Il existait oupas... elle
a répondu, qu'est-ce que tu en penses? Ma cousine a mené sa petite enquête et est revenue un peu plus tard en disant à sa maman qu'elle savait maintenant qu'Il n'existait pas. Pas de reproche.
Elle est allé chercher la vérité. Elle a apprit, selon ma tante, que parfois même les personnes en qui on est en droit d'avoir une confiance avaugle, nous mentent et qu'il est bon d'aller souvent
vérifier la vérité. Et ceci prend pour moi tout son sens dans mon quotidien.


Pour ne citer qu'un exemple, ne devions nous pas faire toute confiance en nos dirigeants, en matière de santé par exemple, et n'avons nous pas eu raison de douté pour beaucoup et de nous
préserver de certaine pratique plus que conseillées?


Combien de fois, ceux en qui nous avons confiance, ou en qui nous devrions avoir confiance, nous mentent par intérêt ou par lâcheté.


 


Je trouverai j'espère un autre moyen de faire comprendre cela à mes enfants, mais cette anecdote me fait toujours réfléchir, et parfois même, hésiter...



Pascale Pouliot 16/10/2010 14:19



Je suis tellement heureuse d'avoir trouvé une auteure en accord avec mes idées! Je suis maman de 8 enfants, l'aînée a 25 ans maintenant! Et j'ai toujours raconté que le père-noël était une
belle histoire, une légende et que cette fête en était une de partage et de joie! Comme j'ai été regardée différemment...."de travers" comme on dit chez nous.


J'étais la mère ingrate qui empêchait ses enfants de croire à ce bon vieux bonhomme si généreux! Mais comment expliquer alors que des milliers d'enfants sont oubliés, laissés seuls et sans
présent? Mes opinions ont souvent dérangé et je suis heureuse aujourd'hui de publier sur ma page Facebook l'intervention d'une auteure qui a du poids à mes yeux!


L'imagination peut passer autrement que par cette histoire, n'est-ce pas? Et justement, aidons nos enfants à se servir aussi de leur intelligence pour voir comment un tel personnage serait
ridicule quand on sait que des enfants n'ont même pas suffisamment à manger dans les pays soi-disant développés. Est-ce que le père-noël les laisserait ainsi, sans cadeau, sans amour, sans
repas...


Ouf, belles réflexions à venir!



Elodie 16/10/2010 11:00



Quant à moi, je n'ai jamais dit: "Le Père Noël existe" mais "On raconte que le Père Noël vient..." sans prendre parti. Ce n'est pas un mensonge puisque c'est bien ce qu'on raconte, cela fait
partie des histoires de notre temps. Par contre, je déteste les déguisements de Père Noël, j'explique toujours à mes enfants que le Père Noël qu'ils ont vu dans le magasin (et qui est souvent
pitoyable) est quelqu'un de déguisé, et qu'on ne peut pas voir le Père Noël, que je ne l'ai jamais vu...



lavesque karine 16/10/2010 08:11



Quand j'ai eu enfin ma première (5ans de galère), j'étais aux anges(une petite Lucie 5ans aujourd'hui). Pour son premier Noël aussi car enfin cela redevenait pour moi un moment de bonheur : le
sapin, les cadeaux au pied du sapin....Puis elle a grandi, j'ai lu "élever son enfant autrement", j'ai fait des rencontres, j'ai cheminé vers une éducation non violente et respectueuse. Je me
suis mise à me poser de plus en plus de question sur le fait de lui faire croire au Père Noël. Si j'étais seule avec elle, elle n'y croirait pas, elle saurait que c'est une légende et on
choisirait ensemble les cadeaux pour les gens qu'on aime. Mais mon mari me dit que je vais trop loin et je subis la pression de notre entourage, je passe pour la méchante maman, la maman trop
bizarre. Je suis donc très mal à l'aise vis à vis de mes filles. Et en lisant ces deux articles, je me dit que j'ai raison, qu'il faudrait vraiment que je rétablisse la vérité et qu'il faudrait
que ma petite Sophie(2ans et demi) ne soit pas embarquée, elle dans cette histoire. Mais comment faire quand on est seule à être convaincue ? Ce qui est sûre c'est que pour Pâques, j'ai tenu bon
et elles savent que c'est moi qui cache les chocolats pour faire un jeu. Par contre, pour la petite souris, là aussi je n'ai pas su lutter. J'espère juste que mes filles ne m'en voudront pas trop
elle qu'elles ne perdront pas confiance en nous.


Merci Catherine pour vos articles.



verveine-citron 15/10/2010 17:23



Mon voisin de classe au CP m'a expliqué que le Père Noël n'existait pas. Ce jour-là, je l'ai cru et je suis rentrée chez moi demander des explications. Je me sentais trahie et j'étais dans une
colère telle que je m'en souviens encore maintenant. Comment deux adultes, mes parents de naissance avaient pu me mentir à ce point ? Ils ont perdu ma confiance pour toujours.


Je me suis jurée de ne jamais faire croire au Père Noël à mes enfants, leur laissant à la fois leurs rêves et leur libre-arbitre. L'une de mes filles pourtant m'avait expliqué que ce n'était pas
possible que ce soient les parents car les parents ne passent pas par les cheminées !


Quand mes enfants étaient scolarisés, au moment de Noël j'entendais des "si tu viens pas tout de suite, je vais le dire au Père Noël", " il va pas passer, t'auras pas de cadeaux", "il te voit" et
je me sentais horriblement mal à l'aise.


Quand mes enfants étaient petits en maternelle, ils avaient peur du père Noël (et des clown aussi d'ailleurs), ce qui désolaient la maîtresse, à cause de la fameuse photo avec le père Noël (soit
ils refusaient d'être pris en photo, soit ils pleuraient et ça faisait désordre sur la photo).