Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Parentalité Positive au quotidien

Articles, idées, astuces de la pionnière de la parentalité positive en France, Catherine Dumonteil Kremer

Les activités hors temps scolaires sont-elles obligatoires ?

 http://tugaleres.files.wordpress.com/2008/10/chatons-en-musique.jpg

Grégoire a quatre ans, et ses parents commencent à se demander s’il ne serait pas largement temps de l’inscrire à une « activité » en dehors du temps scolaire.

Il est jeune, apprendra vite, il sera content de maîtriser un domaine en dehors de l’école et qui sait ? Cela pourrait servir son avenir professionnel !

Célia adore batifoler, courir, faire des acrobaties dans l’herbe autour de chez elle. Conclusion de ses parents : Elle a besoin de cours de gymnastique, elle adorera cela !

Êtes-vous passé par là ? Si oui, vous savez alors que tout n’est pas  simple même si votre enfant émet le désir de jouer du violon,  ce qu’il entend par là et ce que vous comprenez  de cette acception sont deux réalités distinctes.

Vous savez ce que seront les cours : il faudra y être régulier, travailler en dehors des séances parfois, faire preuve de discipline pour arriver à prendre plaisir à la pratique de son hobby. Lui se voit apprendre à son rythme quand il en aura envie seulement et en présence de ses parents s’il est très jeune.

C’est là que les ennuis peuvent commencer !

Il faut parfois payer d’avance toute l’année, les parents se retrouvent ainsi entrain de mettre une intolérable pression sur les épaules de leur enfant ! Alors, même s’il n’a plus envie de pratiquer cette activité, il s’y rendra coûte que coûte jusqu’à la fin !

Quelques pistes et réflexions

L’apprentissage ne se fait pas nécessairement avec un enseignant, un enfant qui prend plaisir à être en contact avec l’eau apprendra à nager, il n’aura pas besoin de cours pour cela, il le fera spontanément en expérimentant, et en observant à la piscine ou ailleurs ce que font les autres autour de lui. Il aura besoin de votre vigilance bien sûr, de votre protection, il vous sollicitera quelquefois pour avoir des idées. Savez-vous nager ? Cela devrait suffire…

Ma fille aînée a appris à nager avec des cours de natation, la seconde en a pris un seul, et la troisième a appris par elle-même sans aucune intervention même pas la mienne.

Quand un enfant prend plaisir à faire quoique ce soit, le pratique seul dans son coin, de plus en plus, un processus important est à l’œuvre en lui : Il apprend à sa façon.

L’inscrire à un cours va complètement modifier son attitude vis-à-vis de cette activité qui va devenir contrainte, alors qu’elle était un réel plaisir, le jeu en vaut-il la chandelle ?

Une question importante que je me suis posée en n’inscrivant pas mes enfants lorsqu’ils étaient petits au conservatoire de notre ville : Quel est mon objectif là-dedans ? Qu’est-ce que je recherche ? Est-ce que ce sont mes ambitions personnelles que je concrétise ? Subsisteraient-ils au fond de moi de vieilles souffrances d’enfant relié au fait que je n’ai jamais pu apprendre tel ou tel instrument de musique ? Est-ce pour cela que j’ai l’impression que les activités musicales sont « obligatoires » ?

J’ai fini par comprendre qu’au niveau musique notamment, le chant, l’écoute de musiques différentes, suffisaient à creuser le sillon musical de mes filles.

J’ai également compris qu’une pratique totalement intuitive était possible, toucher un instrument, en tirer des sons, essayer de chercher des morceaux d’oreilles, c’est aussi apprendre la musique !

L’apprentissage ne devrait pas être une corvée. Si vous choisissez des activités pour vos enfants, donnez la priorité à celles qu’ils aiment et qui ne nécessiteront aucun travail à la maison, n’investissez pas trop d’argent afin de pouvoir arrêter au moment où votre enfant vous le demandera.

Peut-être y a-t-il dans votre région un réseau d’échanges de savoir ? Ils sont bien pratiques pour les expériences que désirent faire nos jeunes apprenants !

Catherine Dumonteil Kremer

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Commenter cet article

virginie2mars 09/02/2012 08:37


Je rêve d'une association regroupant toutes sortes d'activités ont s'inscrit pour l'année et on choisit au gré de ses envies les activités.


Je n'inscrts plus mes enfants dans des asso parceque rapidement ils ne veulent plus y aller et moi je râle pour l'argent. On fait librement des activités au choix en fonction des envies, du temps
et des moyens financiers. C'est pas simple la liberté cela demande des prises de conscience répétées et de lâcher-prise en permanence ;o)

claire 03/02/2012 08:15


il est surtout question d écouter ses enfants. Ma fille ainée ne veut pas en entendre parler (aprés avoir essayé le conservatoire elle n a gardé que les instruments qu'elle découvre seule et son
rytme avec plaisir) par contre la seconde est une insatiable d'activités, elle parcourt avec enthousiasme tous les imprimés de la mjc et autres centres de loisirs pour ne pas manquer le
moindre stage qui pourrait l intéresser (escalade, basket, cirque, ... ect). Il n y a pas de règles, chaque enfant est différent certains recherchent les cours apprentissages d autres sont
plus autodidactes ...  

Florence 02/02/2012 00:30


Je partage complètement cette vision des choses !!


Deux anecdotes personnelles :


- il y a deux ans, ma fille aînée (de 6 ans alors) exprime le souhait de faire de la danse classique. Je l'inscris au seul cours dans notre ville (j'y laisse une somme exhorbitante !) et elle
prend un plaisir assez mitigé à s'y rendre. Au gala de fin d'année, elle apparaît moins de 2 minutes sur scène (nous avions payé 10€ par personne la place de spectacle !), au dernier rang (sur 3)
parce que, soyons francs, ce n'est pas (et ne sera jamais !) une danseuse étoile. Résultat, je suis en colère (après son professeur, qui lui a très bien fait comprendre qu'elle était "nulle") et
elle, elle est horriblement déçue, d'autant qu'elle a dansé vêtue d'une espèce d'académique couleur peau assez laid. J'ai compris (un peu tard, c'est vrai !) que ce dont elle rêvait, c'était de
danser en tutu. Point. Ses lectures (la série des Ballerines Magiques) la faisait rêver, et elle a eu envie de danser, comme tant d'autres petites filles.


Depuis, on s'est rattrapées : elle a eu une robe-tutu pour virevolter quand bon lui semble, ses grands parents l'ont emmenée à l'Opéra voir Casse Noisette (elle avait des étoiles dans les yeux en
revenant !) et nous écoutons et dansons "à notre manière" dès que nous en avons l'occasion...


- sa petite soeur, qui a 21 mois de moins, est une petite fille pleine d'énergie. Elle a fait du judo pendant 2 ans - des cours plus basés sur l'expression corporelle que sur la technique. Mais
malgré tout, c'étaient des cours, avec leurs  règles, leurs obligations, les postures à apprendre, les compétitions (même amicales). A la fin de la deuxième année, non seulement elle ne
semblait pas y dépenser son énergie, mais elle s'y rendait de plus en plus à reculons.


Un peu lassée de dépenser tant d'argent dans des activités et de voir mes enfants traîner des pieds au moment de s'y rendre, un peu lassée aussi de faire le taxi le mercredi et le samedi,
avouons-le !, j'ai décidé que cette année, elles ne feraient "rien". Pas d'activité extra scolaire régulière. Par contre, on se promène, on fait du vélo, même les soirs après l'école, s'il y a de
l'énergie à dépenser, on joue au loup, on fait la course, on va à la piscine... bref, on passe du temps ensemble, on bouge, on se dépense sans trop dépenser, et surtout, on prend du plaisir à
faire ce qu'on fait... et personne ne s'en plaint, jusque là !!!


 

Jennifer 01/02/2012 06:48


Bonjour,


Encore merci pour ce nouveau billet qui m'a bien fait réfléchir!


En effet, cette année pour que mon grand (4 ans) puisse canaliser son énergie nous l'avons inscrit au judo et à l'escrime... Moi, je voyais ça comme une activité plaisir, qu'il pourrait faire
quand il le souhaiterait, mais son père estime que comme nous avons payé, il doit assister au maximum de cours... Alors forcément parfois c'est pas la joie... Je suis moins exigente... Bref, tout
ça pour dire que l'année prochaine, il choisira s'il veut ou non poursuivre les deux ou se consacrer à une seule activité ou alors changer totalement, voir même pourquoi pas faire des activités
diverses et variées avec des personnes dont c'est la passion... Bref, je réfléchis, alors merci beaucoup!!! ;)

chris 31/01/2012 14:10


merci pour ce sujet qui tombe à pic ,par rapport à cette reflexion que je me fais depuis des années ,mais qui là me travaille,par rapport à cette pression de la société,ou la majorité des copains
de mon fils font une,voire plusieurs activités en semaine.pour exemple,un enfant de 10 ans qui fait une activité differente tous les soirs de la semaine,plus le week end.si on compte les devoirs
à la maison,je me demande ou est le temps libre pour lui et le temps passé avec sa famille .cette reflexion aborde vraiment les sujets que certains parents ne veulent pas voir:la projection de
leur reves cachés,mais aussi je sais que des parents trouvent plus facile d'amener l'enfant à une activité que de rester à la maison avec lui et aussi ,la pression de la société.


mais je vois aussi que quelques enfants changent d'activités chaque année ,n'ayant pas trouvé leur loisir ,ou un environnement qui leur plait.


quand j'étais petite,à la campagne ,pas grand monde ne faisaient d'activités exterieures,cela se faisait surtout en ville.la campagne  développait l'imaginaire je trouve.aujourd'hui quand je
dis que mon fils 10 an ne veux pas faire d'activités exterieures et qu'il prefere se reposer,profiter d'etre dehors à sa cabane,ses poules,etc ,c'est comme si c'était "grave" pour lui .je trouve
que c'est culpabilisant.


l'an dernier il a fait du judo ,comme il était timide ,on l'a incité,on lui a demandé s'il était d'accord,l'idée du judo lui plaisait.mais il a tres vite trouvé ca contraignant et le moment qu'il
preferait était à la fin ,le moment libre ou les enfants se bagarraient ,se chamaillaient.on lui fait évaluer certaines choses de 1 à 10,au début la note était de 6 et tres vite elle est tombée à
4 ou 5.


j'ai moi meme fait des activités ,chorale ,sport,c'est aussi la meme choses.meme si le support me plaisait ,lorsqu'on ratait une semaine,on était décalés,voire on se faisait réprimander,et puis
il fallait donner des concerts etc


je suis souvent stupéfaite de voir que derrriere le pretexte de l'épanouissement de l'enfant ,se cache plein de choses comme les projections,la pression de la société ,voire un temps de repos
pour les parents le mercredi.


autre exemple,mon mari qui petit à fait 5 ans de musique (il a redoublé 4 fois sa 1ere année !) n'a jamais réussi au final à connaitre le solfège...imaginez l'acharnement de sa mere,et la
souffrance que ca a été pour lui.comme le dit si bien catherine,je crois que s'il avait appris le solfege par un cousin,une tante,ou seul,il le connaitrait peut etre maintenant.  


enfin je rajouterai que lorsque les parents ,pretextent le devoir de faire faire du sport à leurs enfants,entre midi et deux heure,ils passent plus d'une heure à courrir,s'attrapper,jouer au
foot,plus le sport compris avec la maitresse,cela fait plus d'une heure les jours de la semaine.je trouve que c'est pas mal,et le soir mon fils est épuisé .


chris

Florence 31/01/2012 12:17


Catherine, je trouve tes questions fort intéressantes. Il ets effectivement bon de réfléchir à ce que l'on souhaite offrir à son enfant en l'inscrivant à des activités extra-scolaires: l'occuper
le mercredi, "bétonner" son futur CV, guérir certaines de nos propres frustrations… 


Chez nous, une règle de base dans le choix d'une activité est de respecter les temps de repos, les jours sans école. C'est probablement un peu arbitraire comme solution mais cela nous évite de
surcharger les journées "off", pour les petits comme pour les grands ! 


Mais mon regard sur les activités extra-scolaires est, il est vrai, fortement influencé par ma propre expérience d'enfant. Musicienne, marié à un musicien qui consacre beaucoup de temps à sa
passion, j'ai de merveilleux souvenirs des cours de musique de mon enfance: ludiques, variés … Il peut y avoir un intérêt à ces activités, autre que la découverte d'un instrument, d'un sport,
etc, qui est de permettre à l'enfant d'apprendre autrement: en touchant, en essayant, en s'amusant, en montant des spectacles, et pas forcément en restant assis sur une chaise avec des leçons à
apprendre par coeur. Mais il nous appartient à nous aussi parents de trouver des lieux d'activités où l'on a à coeur la découverte, le plaisir et pas forcément les résultats ! 

Florence 31/01/2012 12:06


Merci pour cet article. Je suis tombée dans le piège de ce désir d'enfant et de ma volonté de vouloir à tout prix concrétisé par une activité. Une année ma grande voulait faire de la danse, elle
a fait 2 cours d'essai avant que je prenne la cotisation annuelle. Elle était un peu timide mais je me suis dit qu'une fois qu'elle se sera habituée, ca ira mieux. Au bout de 4 séances elle n'a
pas voulu y retourner. J'ai ralé parce que je voyais le coté financer perdu. Et puis je me suis fait une raison.


Lorsqu'elle m'a demandé une autre activité, j'ai attendu qu'elle soit sure (pas facile à cet age, elle avait 5-6 ans). C'était de l'équitation. Elle a fait 2 séances mais pas à l'aise. On a
attendu 1 an, elle a retenté et là bingo, elle s'est plu et a continué. Cette année (8 ans), d'elle même elle m'a demandé les scouts. Ca vietn d'elle, je n'ai pas à la tirer pour l'y emmener,
elle est dans son petit monde de copains et j'aime la retrouver et écouter ce qu'elle a fait.


Pour ma seconde, pareil, elle fait de l'équitation. Un moment elle ne voulait plus en faire. Je lui ai fait seulement part que c'était dommage parce qu'elle se débrouillait bien mais je n'ai pas
insisté. Cela me titillait quand meme le fait qu'elle ne veule plus en faire. en essayant d'amener une discussion, j'ai compris qu'elle avait eu peur un momm"n( et qu'elle avait besoin de temps
pour affronter cette peur. Les grandes vacances se sont passées, pour la rentrée, je l'ai emmené. Comme elle a pu changer de groupe, ca va mieux. et surtout, elle peut y aller progressivement.


Ce que j'ai appris, attendre un peu avant effectivement de s'engager car les petits enfants n'ont pas la même concentration et le meme intéret au fil des semaines. qu'il n'est pas nécessaire
d'avoir une activité car les enfants ont leur propre activité à la maison que ce soit sportif ou culturel, si un enfant ne veut plus faire une activité, ne pas insister mais essayer d'avoir le
fin mot de l'histoire au cas où un événement sur le lieu de l'activité l'aurait perturbé, et de reproposer.


Ah oui et que l'activité choisie ne soit pas une corvée pour moi non plus parce que alors cela se ressent aussi dans la perception qu'a l'enfant.

Ju 31/01/2012 12:02


Ca me rappelle moi qui commençait et finissait par arrété sans doute lasser de cette obligation d'y aller je n'y prenais plus aucun plaisir.

Mon fils à fait un an de gym de temps en temps on y allait pas car il n'en avait pas envie puis finalement la semaine suivante il n'attendait que ça d'y retourner car ça lui avait manqué.

Sabbio 31/01/2012 11:13

Bravo! Je suis en très grande partie d'accord avec ce billet. C'est d'ailleurs pour cela qu'à 8 ans ma fille n'a eu que trois activités annuelles dans sa vie : autour de un an et demi, de l'éveil
corporel pour qu'elles puissent rencontrer d'autres petits (car nous étions souvent juste toutes les deux), vers trois ans et demi de l'éveil musical qui me plaisait justement car plus du jeu et en
plus c'était par des percussions brésiliennes donc les percussions c'est presque "primal", ça parle aux petits et, cette année, car elle en a émis le désir, du théâtre. Mais, donc, entre 4 et 8
rien et cela ne lui a pas manqué, elle est très imaginative, crée sans cesse à la maison et j'ai toujours considéré que ce n'était pas un passage obligé ces activités "institutionnalisés", qu'elle
trouve déjà beaucoup à essayer par elle-même. Mais, pour le théâtre, je trouve ça bien de l'avoir inscrite car je pense qu'il est bon qu'une prof lui enseigne cela et elle a vraiment envie du
théâtre qui correspond à son être, à ce qui lui manque aussi, peut-être, pour être plus sûre, plus confiante... Quant à son petit frère, je ne l'ai jamais inscrit nul part, ne suis pas pressée et
préfère lui faire découvrir des choses occasionnellement, notamment par des réseaux de parents. Ainsi il a fait du poney (soins + balades)et avec sa petite école alter ils ont fait un peu de cirque
et du yoga. Bref, lui aussi teste plein de choses, s'ouvre et profite aussi des "expériences" de sa soeur.

Saphaëlle 31/01/2012 11:10


Ca m'interpelle cette réflexion, parce que mon fils a 4 ans, et il chante constamment (et chante bien je trouve, il sait chanter une gamme complète, même s'il ne sait pas ce que c'est), et nous
réfléchissons à ça justement. Mais, je ne le vois absolument pas rentrer dans le "moule" des activités extra justement. Mais du coup, comment l'accompagner ? LA vie active nous fait perdre un
temps fou, mais surtout précieux pour accompagner nos enfants, je reprendrai mon activité en septembre prochain, et 5 jours/semaine, je serai absente de 7 à 19h.......... Et est-ce que simplement
le laisser aller à son plaisir sans y toucher, peut lui permettre de choisir seul de développer cette envie ou non ?