Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


Notre richesse orgasmique !

Publié par Catherine Dumonteil Kremer sur 1 Mars 2011, 05:34am

Catégories : #Au fil des jours

 

daydreamer-white.jpg

Voici un article que j'ai écrit il y a quelques années sur la sexualité des femmes pour le journal "Ressources Parents"

qui n'existe plus pour le moment. Je pensais l'avoir publlié ici mais finalement non...

J'espère que vous aurez des témoignage à partager en tout cas !

 

 

"Entre femmes

 

Catherine Dumonteil Kremer

Vous savez quoi ? Je vous invite à boire un thé, avec des gâteaux et du chocolat…

C’est dans ce style de circonstances qu’il m’arrive de parler de sexualité avec mes amies. Alors installez-vous je fais bouillir de l’eau et j’arrive…

 

Pfffff on peut dire que je continue à découvrir des tas de choses passionnantes dans ce domaine, il y a du nouveau figurez-vous !

 

Comment j’ai découvert Betty Dodson ?

 

Mais je vais commencer par le début, pour celles et ceux qui lisent mon blog (cdumonteilkremer.com), vous avez peut-être vu un article sur la sexualité où j’évoque mes lectures.

En lisant un livre cité en référence par Sylvie B (voir article p….) : Sexualité féminine de Christiane Lheureux, j’ai découvert le travail de Betty Dodson : Une femme exceptionnelle à mes yeux qui a permis à de nombreuses autres de découvrir leur clitoris et de vivre parfois leur premier orgasme. Tout cela se passait dans les années soixante-dix. Mais si j’en crois certaines sages femmes avec lesquelles je me suis entretenue à ce sujet, il y a encore des femmes qui ignorent l’existence de cet organe. Et Betty Dodson n’a jamais vraiment cessé de travailler, elle a écrit : Sex for One, Orgasms for Two entre autre, et tourné un DVD sur la masturbation féminine Orgasmic Women.

 

La masturbation

 

Pour Betty et bien d’autres femmes, la masturbation est une partie essentielle de la sexualité, elles se masturbent régulièrement et y trouvent beaucoup de plaisir, de détente, de plus c’est un moyen pour elles de mieux se connaître et de vivre plus intensément leur relation de couple.

 

 

Dans Le rapport Hite de Shere Hite, j’avais été passionnée par le chapitre sur la masturbation : Il s’agissait d’une succession de témoignages de femmes qui montraient très clairement que l’orgasme féminin est aussi facile à atteindre et aussi intense que l’orgasme masculin.

 

Cette difficulté à vivre le plaisir par notre sexe, cette complexité dont j’entendais parler depuis mon adolescence, tout ceci n’était que mythes assortis de sexisme.

 

Que de courage avait-il parfois fallu à ces femmes pour surmonter leur culpabilité ! Prendre du plaisir sexuel seules avec elles mêmes ! Il faut dire que la masturbation n’est pas vraiment vu comme une pratique sexuelle à part entière, plutôt comme un pis aller, elle est clairement une faute pour toutes les religions chrétiennes, je connais pas mal de femmes qui ne sont pas très à l’aise avec ça.

Des femmes comme Betty Dodson et Shere Hite l’ont complètement dédramatisée, et même rendue accessible.

 

L’orgasme clitoridien en pratique.

 

Si vous avez lu le témoignage de Sylvie B  vous ne serez pas dépaysée, Betty Dodson suggère aux femmes de regarder leur sexe dans un miroir, de s’asseoir au sol, de s’adosser à un mur, d’écarter leurs jambes, de poser un miroir devant leur vulve et d’observer, de toucher, de faire connaissance avec cet inconnu, notre sexe.

 

 

J’ajoute qu’émotionnellement ce type de démarche peut être intense, vous pourrez observer ce qui se passe en vous, ce qui remonte, cet acte n’est pas anodin.

Souvenez-vous de ce que l’on vous disait lorsque vous étiez enfant sur la sexualité et sur la masturbation, vous a-t-on surprise entrain de vous masturber ? Avez-vous été punie ? Désapprouvée ? Ou accueillie avec un simple sourire complice ?

 

Votre sexe est unique

 

Vous vous en rendrez peut-être compte en regardant les dessins qui figurent sur le site de Betty Dodson (www.bettydodson.com), chacun a des particularités, nombreuses sont les femmes qui se sont crues anormales parce que par exemple leurs petites lèvres étaient trop larges, ou la peau de leur vulve trop foncée…

 

Tout ceci s’apprivoise, et devient sensible peu à peu, il suffit de se donner un peu d’attention.

Une caresse douce et rythmée sur le clitoris amène toutes les femmes à un orgasme en quelques minutes quand on en a l’habitude.

Betty Dodson est une adepte des vibromasseurs, certaines femmes les adorent d’autres n’en utilisent pas, d’autres encore témoignent qu’elles ne peuvent avoir d’orgasme sans. Vous avez probablement un avis sur la question.

 

Dans le couple

 

A deux cet orgasme clitoridien est une magnifique opportunité de réveiller notre désir, de montrer à notre partenaire comment nous y aider, de prendre en charge notre orgasme, de ne pas tout attendre de l’autre. Car notre désir, c’est tout autre chose que notre plaisir, il est fragile, se manifeste spontanément assez peu.

Là encore quelle ne fut pas ma surprise lors d’un atelier de femmes sur la sexualité de découvrir que les autres étaient en large majorité comme moi : Elles avaient du désir spontanément seulement pendant leur ovulation, c’est à dire quelques jours en milieu de cycle.

Le décalage avec un partenaire masculin pouvait au cours de la vie, avec les naissances, la fatigue extrême, s’accentuer dangereusement. Je ne veux pas en dire plus, nous y reviendrons dans notre prochain numéro spécial couple. Mais ce désir c’est peut-être important de savoir le susciter, et en prendre soin.

 

Et le point G ?

 

Une arlésienne de plus ?

Pour Freud l’orgasme clitoridien est un orgasme d’adolescent, il faut passer à autre chose quand on devient adulte, c’est aussi ce que j’avais lu dans le livre de Françoise Dolto : Sexualité féminine qui dédramatisait presque l’excision sous le prétexte que l’orgasme des femmes mûres est un orgasme vaginal. Je ne me suis jamais reconnue dans cette lecture, elle m’a seulement laissée l’impression que mon orgasme n’était pas celui que je devais atteindre. En gros, je n’étais pas comme il fallait être et ce sentiment n’était pas très original.

La vision de Freud a dominé pendant à peu près un demi siècle jusqu’à ce que des chercheurs comme Kinsey : Sexual Behavior in the Human Female, (philadelphia, PA Etats-Unis 1973 / wb saunders , 1973) affirment que la source du plaisir féminin est uniquement clitoridienne.

 

 

Je suppose que j’ai été fortement influencée par les conclusions de Kinsey, même si j’ai entendu parler comme beaucoup de femmes du point G, j’avais fini par penser qu’il n’existait pas vraiment, ou que je ne l’avais pas trouvé, mon orgasme clitoridien me suffisait amplement.

 

J’ai alors entendu parler de Sylvie et Enoch (Sylvie & Enoch - Ecohameau de Barthès - 81430 Le Fraysse ) et de leur travail sur le massage émotionnel, je me suis rendue compte qu’ils organisaient également deux fois par an des stages sur le thème « Point G et éjaculation féminine » .

J’ai alors contacté Sylvie et nous avons longuement parlé : « Toutes les femmes sont capables d’éjaculer, et d’avoir un orgasme du point G ». Bien franchement notre conversation avait attisé ma curiosité. Sylvie utilisait des exercices pour raffermir les muscles pelviens, ou au contraire pour les détendre, chaque femme vivait sa propre expérience dans un recoin de pièce, tout en bénéficiant de l’effet de groupe.

 

 

 

C’est ainsi que j’ai trouvé le livre de Deborah Sundahl : « Le point G et l’éjaculation féminine » aux éditions Tabou.

J’ai ainsi appris que l’on parle aujourd’hui de prostate féminine, alors que c’est une notion qui existe depuis bien longtemps. Déjà en 1948 le gynécologue J.W Huffman créa un moule de la prostate féminine après une autopsie. Il constata l’existence de 31 canaux qui se déversaient dans le méat urétral.

 

Trouver son point G en pratique.

 

Donc d’après Deborah mon point G ne demandait qu’à être sensibilisé, et à exister ! Oui mais comment faire ?

Première étape : le trouver.

Et je crois que ça a été le plus simple, grâce à ses schémas et à ses explications concrètes, je l’ai très rapidement trouvé. Je me suis rendue compte que je le cherchais bien trop loin de ma vulve alors qu’ il était là, juste à l’entrée, formant des replis de peau, très proche du méat urinaire.

Et il ne demandait qu’à se réveiller !

Je ne vous en dis pas plus, je vous suggère la lecture de ce livre qui vous guidera pas à pas, je l’ai trouvé très stimulant…

Je n’ai pas réussi à éjaculer, je pense qu’il me faudra du temps et de la patience, notamment pour me tonifier au niveau pelvien, mais j’ai ouvert une porte, et elle ne se refermera pas.

 

Alors pourquoi ?

 

Comme souvent je constate qu’une information complète m’a manquée, que je n’ai pas osé explorer plus avant, que je me suis bien trop concentrée sur le plaisir de mon partenaire qui était devenu prépondérant sur le mien.

Et je me demande pourquoi notre sexe est si peu connu, pourquoi lorsque j’étais étudiante en médecine m’a-t-on présenté le clitoris comme un simple bouton externe alors que ses ramifications internes sont importantes, et qu’il est finalement très volumineux.

Pourquoi ne parle-t-on pas plus de ce point G, de sa localisation, de cette prostate féminine ?

Sans doute parce que le plaisir féminin n’a jamais été prioritaire, qu’il a même assez mauvaise réputation dans le fond, y compris aujourd’hui, les choses ont assez peu évolué malgré la révolution sexuelle des années soixante-dix.

 

Pourtant il s’agit là je crois d’une information fondamentale à transmettre à nos enfants, vagin et clitoris sont des centres vivants, ils sont fait pour fonctionner et nous donner autant de plaisir et de joies que possible !"

 

Catherine Dumonteil Kremer

Commenter cet article

Kly 08/07/2011 11:57



Bonjour à toutes et merci pour cet article ! 


Effectivement le plaisir féminin est selon Margaret Mead une pure création culturelle et les images qu'on nous offre dans les films contribuent plus à nous faire nous sentir 'anormales' qu'à nous
épanouir. Pendant l'acte on est souvent plus préoccupées parce qu'on est censées ressentir que par ce qui se passe réellement. Alors à nous de nous libérer et d'éduquer nos compagnons !


J'ai connu l'éjaculation féminine une fois dans ma vie et je voulais partager cette expérience avec vous. C'était avec un homme que je désirais ardemment. La particularité de cet homme, c'est
qu'il était avant tout préoccupé par mon plaisir. Sa jouissance passait par l'exploration du corps de sa partenaire. Il adulait mon corps (pourtant je n'ai rien d'un mannequin). Et cet amour
qu'il portait à mon corps était si sincère, si visible que pour la première fois, je me suis totalement abandonnée sans peur du regard de l'autre, sans honte d'exhiber mes rondeurs. Il me
caressait des heures sans toucher à mon sexe puis il m'offrait plusieurs orgasmes clitoridiens avant de me prendre. Et alors c'est arrivé, il a coulé un liquide de ma vulve, inodore, incolore,
identique à l'eau et je me suis sentie entièrement relaxée.


Je dois vous dire que je n'ai pas compris que cela venait de moi. J'ai cru qu'il avait versé quelque chose dans mon sexe et c'est lui qui m'a expliqué ce qui venait de se produire. C'était notre
première fois à tous les deux et nous en fûmes émerveillés.


Voilà, je crois d'après cette expérience qu'il ait très important d'être confiante et détendue et d'avoir un partenaire sensible à notre plaisir pour vivre cette magnifique expérience d'abandon.


Voilà pour la petite histoire. Je vous souhaite beaucoup de plaisir et d'amour de vous-mêmes car nous méritons tous d'être heureux.


++



Julie 17/03/2011 22:20



Bonjour Catherine,


Merci pour ce précieux article !


Simplement le site de betty dodson ne fonctionne pas. Je n'ai pas trouvé sur internet le site correspondant.


Merci pour tout ce que tu fais et tout ce que tu m'as apporté.



catherine 15/03/2011 15:58



Merci pour cet article très intéressant qui vient me conforter dans mes reflexions du moment. Je viens de lire les Monologues du Vagin d'Eve
Ensler où il est entre autre question de Betty Dodson. Toute une part de moi s'est réveillée et je suis heureuse de cet article sans tabou qui ne peut que faire progresser les mentalités. Je
viens également de participer à une tente rouge et j'ai découvert comment les paroles de femmes, entre elles, pouvaient être "guérisseuses". Je vous remercie enfin pour le livre Elever son enfant autrement qui m'a chamboulée et a changé ma vie (et celle de ma famille) depuis quelques mois...



florence 03/03/2011 14:47



J'aimerais bien avoir plus de référence de bouquins...


Merci en tous cas pour cet article qui donne envie...



virginie 01/03/2011 20:26



un article très intéressant qui parle de ce qui reste encore malgré tout un tabou


très instructif et des idées de lectures qui donnent vraiment envie de lire ces livres et de découvrir ce "petit" nous et de vivre encore mieux notre sexualité



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents