Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


Pour bien préparer la rentrée scolaire...

Publié par Catherine Dumonteil Kremer sur 3 Avril 2010, 08:46am

Catégories : #Elever son enfant autrement

 

Les oiseaux chantent, le ciel est bleu, il fait beau, nous voilà en pleine saison de printemps… Mais si on veut préparer sa rentrée scolaire correctement, autant s’y prendre à l’avance, l’été passe si vite que l’on se retrouve très vite aux portes de septembre sans avoir rien compris ! Quel rabat-joie je fais ! Non, ne me dites pas que vous n’y avez pas pensé cinq petites minutes là tout de suite, à l’instant…

Profitez de l’instant présent, dorez vous au soleil, mais … N’oubliez pas que la rentrée est un moment important dans la vie des enfants et des parents.

 

Quelques petites questions préliminaires vont nous aider à faire le tri dans les éléments à traiter prioritairement : Quel est l’âge de votre enfant ? A partir de la troisième année de leur petit les parents commencent à se poser la question de l’école… Pourtant, elle devient une préoccupation légale seulement après six ans et pas avant. Alors si vous vous rajoutiez trois bonnes années ensemble… Trois années de légèreté, de jeux, de tendresse, d’apprentissage de votre fonction parentale, trois années qui consolideront les liens entre vous !

Ça vous tente ? lancez-vous sans aucun soucis, aucune culpabilité ! C’est facile, économique, et hyper rentable lorsque l’on pense que le milieu le plus riche pour explorer et apprendre sans intervention de qui que ce soit c’est… une maison.

 

Mais il a six ans cette année… Aie, vous voilà dans la panade ! ;-) Et bien vous le savez sûrement, la loi française vous permet de choisir l’instruction en famille, il suffit de le déclarer à l’inspection académique de votre secteur…Ah six ans ! L’âge des apprentissages fondamentaux… Oui, mais ce qui est fondamental c’est surtout ce que votre enfant choisit de faire… C’est ce qui fonctionnera le mieux sur le plan de l’apprentissage. Allez faire un tour sur le site de la revue « Grandir Autrement » et lisez ou relisez le hors série portant sur ce thème. Je suis sûre que vous vous sentirez mieux une fois que vous l’aurez lu.

 

« Je ne me sens pas capable, je n’y arriverai pas, je ne saurais pas quoi faire toute la journée avec lui, je n’arriverai pas à le supporter 24 heures sur 24 » sont des arguments que j’entends souvent, plutôt des sujets d’inquiétude du reste. Capable de quoi ??? Faites comme d’habitude, répondez simplement aux questions qui se posent, organisez les activités que votre enfant aime, partagez de bons moments ensemble, la curiosité des petits est un puis sans fond et je serai étonnée qu’elle ne se manifeste pas au fil du temps à vos côtés.

Le supporter 24 h sur 24, oui là, je le reconnais vous allez avoir un peu de travail sur vous mêmes, mais votre enfant sera plus détendu hors de l’école. La non scolarisation ne ressemble en rien à des vacances scolaires. Pendant les vacances les enfants relâchent les tensions, ce qui peut les faire ressembler à des périodes complexes, mais lorsqu’il n’y a plus d’école, une fois les tensions accumulées déchargées, on se met à vivre très simplement les uns avec les autres.

Il y a des difficultés, mais elles sont un peu différentes de celles aux quelles nous faisons face lorsque nos enfants sont scolarisés.

 

Il est déjà scolarisé et vous n’osez pas le déscolariser. Pourtant il n’aime pas l’école, vous en convenez. Mais qu’est-ce qui vous empêche de sauter le pas ? Vous avez peut-être les mêmes inquiétudes que précédemment… Mais en plus il faudra peut-être faire face à un directeur d’école, ou à un enseignant pour lui faire part de votre choix. Peut-être pas, si vous faites votre déclaration dans les délais légaux, vous n’aurez pas à expliquer ce qui vous conduit à cela. Mais mon idée est la suivante : S’il arrive à votre enfant de vouloir retourner à l’école, vous serez avisée d’aller rencontrer enseignants et directeur d’établissement, pour leur faire part de votre choix, pas pour vous justifier, mais pour les informer chaleureusement…

Votre enfant aime aller à l’école, il a beaucoup d’amis, il n’est pas question pour lui de ne pas y aller. Faites-lui savoir que vous pourriez le déscolariser s’il en éprouve le besoin, et n’insistez pas, s’il ne le souhaite pas il a le droit de faire ce choix pour lui-même, c’est important qu’il sache que ses parents sont prêts à l’écouter en cas de besoin. Même si ce n’est pas simple, ce sera pour un autre article cependant.

 

Ça y est ?? Vous avancez dans votre préparation ?

Je sais que j’ai oublié quelque chose de très important dans votre vie… Le travail, et l’argent.

Là encore il y a des petites questions intéressantes à se poser. Pouvez-vous réduire votre train de vie et comment ? Pourriez vous réduire votre temps de travail ? Travailler à partir de votre domicile ? Pourriez vous prendre une jeune fille/homme au pair enjoué pour jouer avec votre enfant pendant vos heures de travail ? N’y aurait-il pas d’autres familles non sco dans votre région qui vous soutiendrait en attendant que vous trouviez des solutions ?

 

Comme vous pouvez le constater une non rentrée scolaire (je sors du film « Alice aux pays des merveilles » et le non anniversaire m’a manquée ;-)) ça se prépare ça se mûrit, mais un second article vous attend pour aller un peu plus loin dans la jungle des sentiments associés à l’école…

 

A la semaine prochaine donc…

 

Catherine Dumonteil Kremer

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

ayala 06/04/2010 09:38



Bonjour,


Toujours ravie de lire ces petits texte, Catherine. Je suis tout à fait d'accord avec cette façon de présenter la desco. Pour avoir descolarisé mes deux filles pendant un an et quart, je soutiens
complètement ce que tu dis sur la peur de passer 24 h/24h avec nos enfants. C'était ma plus grosse peur avant de me lancer et j'ai en effet constaté que vivre avec elles au quotidien sans école
était plus cool que pendant les vacances scolaires quand elles étaient scolarisées. Actuellement elles sont scolarisées et j'ai plus de mal avec les vacances scolaires qu'avant en desco...Bon
vent à toutes celles et ceux qui se lancent.


Bonne journée



huau mathilde 05/04/2010 19:59



bonsoir catherine!depuis la lecture de ton livre élever son enfant autrement il y a 5 ans ,à la naissance de notre premier garçon,notre reflexion sur l'école a mûri...et nous venons de créer avec
une équipe de parents et une instit':une école steiner,l'école des capucines à vern sur seiches,près de rennes.Pour le moment il ya une classe de maternelle de 18 enfants,et à la rentrée
prochaine nous ouvrons une deuxième classe de maternelle et une classe primaire.Gaspard a participé à la contruction de sa classe,il a 5 ans et est ravi de sa première année d'école.continuons
toutes ces belles initiatives pour nos petites graines.merci!


mathilde



Jardinière d'Eveil 03/04/2010 12:43



:-) le unschooling est dans mes projets, enfin plus ou moins adapté au système français... je me sens assez en décalage avec le mode d'instruction nationale, j'ai toujours plus adhérer aux
approches un peu différentes et ça a teinté mon parcours pro. Du coup, je n'arrive pas à me faire à l'idée de mettre mon fils à l'école, enfin, sauf si il en exprime clairement l'envie et que ça
le rend heureux.


Disons que je n'en ai pas trop peur jusqu'à ses 6 ans, mais après, en effet je m'interroge encore et j'ai envie qu'il rencontre d'autres enfants aussi, car à 3 mois il est déjà très en demande
avec les autres bébés... Va savoir si c'est l'haptonomie qui a favorisé cela. lol


Les questions que tu poses sur l'aspect matériel et financier sont très pertinentes. Je me les pose depuis plusieurs mois, depuis ma grossesse en fait, et je n'ai pas encore complètement trouvé
les réponses...


Merci pour ce partage :-)



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents