Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


Pourquoi j'aime être une femme ?

Publié par Catherine Dumonteil Kremer sur 12 Février 2010, 09:29am

Catégories : #Au fil des jours

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:hopJOqlZ8B6X9M:http://www.dinosoria.com/mammifere/chimpanze-d-16.jpg
Qu'est-ce que j'aime être une femme ! Vous n'imaginez pas...
Je me vautre dans la jouissance de mon sexe ;-) Mais depuis quand exactement ? Chez moi les filles étaient très valorisées, survalorisées même au détriment des garçons. J'ai été élevée par une combattante, une de celles grâce auxquelles j'ai pu faire des choix, vivre ma vie... Elle ne tolérait aucune différence de traitement entre mon frère et moi. Mon père était interchangeable avec elle, nous préparant nos repas lorsque nous rentrions entre midi et deux de l'école, du collège ou du lycée. Certaines tâches lui étaient dévolues : le linge par exemple. Parler de cela en classe me valait les sarcasmes de certains enfants chez qui le père lisait son journal les doigts de pieds en éventail et donnait un puissant exemple à ses enfants.
Bref, pour moi être une fille c'était un peu équivalent au fait d'être un garçon. Que pouvait-il y avoir de différent ? C'était presque dangereux de l'évoquer ou d'y penser...
Mon premier bébé
Et puis mon premier bébé a montré le bout de son nez, et j'ai commencé à comprendre vaguement dans mon corps ce que j'étais seule à pouvoir vivre. Ma grossesse a été divine ! J'étais dans un état d'euphorie permanent... C'était délicieux d'être enceinte, je me sentais privilégiée...Jusqu'au jour où mon obstétricien a décidé de me contraindre à l'arrêt de travail... J'en pleurais ! Mais pourquoi une telle injustice ! Mon boulot me passionnait et j'étais en pleine forme. J'avais beaucoup de mal à comprendre mes collègues de travail parlant de congé parental, de difficultés à reprendre une activité ! Quelle folie ! Arrêter de travailler...
Après la naissance de mon bébé, je reprendrais mon activité au plus vite, il serait gardé chez moi, cela ne m'empêcherait nullement de m'en occuper !
Comme prévu j'exécutais mes plans, sous péridurale ma fille vint au monde, et je tombais immédiatement amoureuse de ce petit être que j'avais portée neuf mois. Pour elle j'étais prête à me dépasser, à faire en sorte que sa vie soit un fleuve réjouissant et tranquille. J'ai découvert un comportement que je ne me connaissais pas auparavant, j'étais devenue selon les termes de mon paternel "super chiante"... Je travaillais certes, mais n'importe qui ne pouvait pas faire n'importe quoi avec mon bébé ! Il était une priorité pour moi. La mère chimpanzé était entrain de refaire surface.
J'ignorais jusque-là son existence, je la niais même à l'occasion. J'avais parfois envie de l'ignorer, je n'avais nullement le temps de la prendre au sérieux. Pourtant elle me poussait à me soucier de mon bébé avec une insistance invraisemblable. Je lisais plein de livres et appliquais soigneusement les consignes dictées par certains spécialistes du moment, dont Dolto faisait partie.
Et si je le faisais avec tant d'application c'était uniquement à cause d'elle, la mère chimpanzé en moi qui me disait que cet enfant était plus important que tout, qu'il ne fallait surtout pas lui faire de mal.
Je faisais ce que je pouvais... Et puis, quand ma fille eut atteint son huitième mois, je suis devenue enseignante. La mère chimpanzé me sussurait depuis un bon moment que mon bébé avait besoin de moi, que j'avais besoin de lui, il me fallait du temps, j'ai choisi de travailler trois fois moins.
Et c'était vraiment excitant de vivre aux côtés de cette enfant qui grandissait, et n'avait qu'une hâte : avancer, progresser, exister à la façon des hommes.
Avec mon deuxième enfant, j'ai rencontré les délices de l'allaitement mmmmmmmmmmmmiam !
Le plaisir était partagé, mon bébé était rose de plaisir et j'étais pleine de fierté de le voir grandir grâce au lait de mes seins. Tiens, si on m'avait dit ça pour la première... Si j'avais su que c'était si bon à vivre... J'ai été un peu bernée je pense, on m'a fait croire qu'il s'agissait d'un simple choix, que biberon et seins étaient équivalents ! Et bien dès la première tétée j'ai su que non, et je n'ai pas eu besoin de consulter la kyrielle d'études existantes à ce sujet. Maman chimpanzé était là, j'écoutais mon corps, ses sensations, ce simple contact de la bouche de mon bébé avec mon sein, ses regards entre nous qui en disaient long sur cette relation qui démarrait. Non, je ne me séparerais pas de ce bébé-là pour aller m'occuper des enfants des autres. C'est mon premier congé parental qui commence et je me retrouve face à trois années de liberté pour vivre avec mes enfants. Quelle chance ! C'est une autre vie qui commence...
Un troisième enfant arrive, il nait à la maison... Surprise, je me découvre une puissance dont je n'avais pas soupçonné l'existence, JE mets au monde mon enfant !
Je n'ai plus peur de grand chose, je me sens complètement femme... Et de plus en plus chimpanzé :-)))
Avec cette dernière fille mes poils ont poussé et j'ai de plus en plus envie d'aller jouer dans les arbres... Elle a tété plus de sept ans, et s'est niché au creux du lit familial de longues années...
J'ai tant appris sur moi même, les autres, l'importance de répondre aux besoins des enfants... Je suis devenue plus rapide, plus sociable, plus intelligente, plus vivante...
C'est vrai, j'aurais aimé pouvoir faire des choix éclairés dès mon premier enfant. J'aurais bien aimé que l'on me dise clairement quelles seraient les conséquences de mes choix. Non seulement sur mes enfants, mais sur moi même, sur mon plaisir de vivre, d'être !
J'aurais aimé que mon enfant soit mis au premier plan et non pas relégué à l'arrière, la querelle féministe prenant toute la place. Les enfants ont-ils des droits ? Il me semble que oui, pourtant quand je lis les articles de certaines féministes des années soixante-dix, je me demande si nous ne nous faisons pas une fois de plus piéger. Les enfants sont les générations de demain... Comment sortir des impasses où nous nous sommes fourvoyées si nous ne sommes pas capables d'avoir un regard critique sur l'accompagnement que nous leur prodiguons. Dans ce débat les enfants sont une fois de plus quantité négligeable. Alors qu'ils sont peut-être l'unique priorité qui vaille la peine que l'on réfléchisse... Parents, non parents (n'importe qui peut-être allié des enfants et apporter sa contribution) nous avons à trouver des solutions ensemble.
Je suis une femme, et je souhaite à toutes mes soeurs de découvrir à quel point il est bon d'être une femme que l'on ait ou pas des enfants. Je voudrais un monde où on me considère aussi en tant que mère, où l'on voit mon travail comme le plus important qui soit, où on me facilite la tâche au maximum ! Je voudrais un monde où mes choix de femmes soient respectés que je veuille travailler ou m'occuper de mes enfants 24 heures sur 24. Quand j'ai fait le choix de travailler, j'aimerais un soutien de manière à ce que je puisse me recharger, et accomplir mon travail de parent. J'aimerais la même chose à la maison, la possibilité de me recharger, et de ne pas succomber à l'épuisement qui me guette parfois. Pour conclure un peu abrubtement :
laissez-moi vivre ! Bonne journée à tous, je retourne faire la sieste avec mon compagnon dans mon arbre ;-))) Je crois que lui aussi aime me voir jouir de ma dimension féminine...
A suivre...
Catherine Dumonteil Kremer


Commenter cet article

Sarah Lévy. 09/08/2014 18:47

Génial, j'adore être une femme cougar pour ma part!

Alexandra 05/12/2013 13:51


Merci pour ce témoignage! Cela fait du bien de voir que l'on n'est pas seule à être sur la même longueur d'onde. Difficile à vivre que le choix de s'occuper de ses enfants dans notre société...


J'aimerais une société sans jugement, sans dénigrement du choix des autres, qui respecte le choix de tous et de toutes...une société ouverte...qui puisse concevoir qu'une mère souhaite s'occuper
de ses enfants.

Jenufa 15/01/2013 10:35


 


http://www.youtube.com/watch?v=zIJbuvT4NDk


 


 


 

pauline 27/06/2010 08:58



j'ai créer une pétition contre ce reportage
 http://7572.lapetition.be/
signer et faite passer!



marie 24/03/2010 18:11



ahhh bah moi j'aime etre une femme comme vous Catherine, une maman chimpanzé dans les arbres , avec des poils! na! merci de me donner le courage et la puissance de l'assumer, de m'assumer dans
cette feminité et maternité!



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents