Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


"Aimer est un verbe"

Publié par Catherine Dumonteil Kremer sur 20 Septembre 2013, 02:51am

Catégories : #Elever son enfant autrement


 

Peut-être l'avez-vous déjà vu cette vidéo, et depuis un moment... Alors je vous demande de faire un petit exercice, essayez mentalement de remplacer le personnage de Marie par une adolescente, ou une enfant avec son père.

Qu'en dites-vous ? Avez-vous connu ce genre de situation ? Cela vous parle les "Je t'aime" après une punition, les "Viens que je te fasse un bisou" après une fessée ? Ou bien les interdictions de voir untel ou unetelle sous le prétexte que c'est une mauvaise fréquentation. Les commentaires sur des vêtements pas appropriés... Avez-vous connu cela lorsque vous étiez plus jeune ? 

Une idée erronée de l'amour

 

ça vous dit quelque chose les "Je t'aime" qui n'ont aucun sens mais que l'on finit par associer à une idée erronée de l'amour. Quand "Je t'aime" signifie, "Aime-moi", "Tu m'appartiens", "Tu dois faire ce que je veux". Nous sommes très loin du soutien inconditionnel que peut procurer l'amour. 

Si je mets en perspective cette vidéo et des extraits de la nouvelle émission "Nannies" où une nounou préconise de caliner un enfant après l'avoir puni. Je m'interroge... 

J'ai déjà évoqué le mariage de l'amour et de la crainte, ses conséquences sur nos vies affectives. 

Mais il y a sûrement d'autres impacts que nous ne mesurons pas. Etre sans cesse entre deux messages radicalement contradictoires, entre violence et tendresse, ça peut-être très angoissant. Il parait que le nombre de personnes atteintes du trouble bipolaire augmente, je ne sais quelle en est la cause... C'est une vague hypothèse.

 

"Aimer est un verbe"

C'est Stephen Covey qui l'écrit ! Quand on aime, on agit, on veille à ce que les besoins de l'autre soient comblés, on est plein d'attentions, de vraie tendresse, de douceur... On aide l'autre à devenir ce qu'il est... 

La peur, la violence, la menace, le chantage, les jeux de pouvoir n'ont rien à faire dans une relation aimante...

Si Marie avait été une adolescente, aurait-on fait une vidéo pour dénoncer l'oppression subie ?

 

Je l'ignore, et vous ?

 

Catherine Dumonteil Kremer

Commenter cet article

F.B 22/10/2013 04:13


Toujours pas vu la vidéo, si quelqu'un a le lien... ;)


Je suis mal à l'aise sur cette question de "l'après-tempête". En effet comment réagir après une forte dispute, que l'on regrette? que faire pour retrouver du lien avec l'enfant? On a envie de le
réparer, qu'il se sente vraiment mieux. Il ne s'agit pas pour moi de retrouver une meilleure image de moi-même ou de demander de l'amour inconditionnel à l'enfant. Alors que faire ? à part éviter
ce genre de situation ( travail quotidien et de longue haleine en ce qui me concerne). Je re-précise je n'ai pas vu la vidéo, je parle de forte engueulade où l'enfant peut être effrayé.


 


 


 

avocat droit du travail 26/09/2013 12:10


C'est bizarre mais à chaque fois que je revois cette vidéo je me dis
que si j’étais à la place de Marie je fuirais très-très loin de ce type.

chris 23/09/2013 14:12


D'où vient la vidéo ? Pourquoi a t'elle était réalisée? Merci

catherine 23/09/2013 10:15


Bonjour Catherine,


merci encore une fois pour vos articles toujours percutants.


Ce film fait froid dans le dos.


Je n'aurais pas pensé à remplacer le personnage de la femme par un enfant, mais c'est effectivement très parlant. Il m'arrive souvent de m'énerver avant ou après avoir dit un mot gentil.


Le moment où l'homme se fache par rapport au compte Facebook de sa compagne pour s'excuser tout de suite après en disant l'exact contraire de ce qu'il vient de lui reprocher, est très fort car on
peut lire dans ses yeux à elle l'incompréhension totale. Elle est destabilisée, perdue, mais on a l'impression qu'elle ne peut quand même qu'être
accrochée à lui, qu'il est sa seule bouée de secours alors qu'il la détruit petit à petit. Et j'ai peur de m'avouer que parfois mes enfants me regardent ainsi, perdus face à mes propres
contradictions :-(.


C'est effectivement une chose qu'il est nécessaire de corriger pour ne pas empoisonner le quotidien, et surtout créer de l'instabilité émotionnelle qui fragilise.


Votre article arrive pour moi (comme chaque fois) à un moment où je me pose encore et encore des questions, et je réalisais hier que j'étais quand même souvent de mauvaise humeur avec les
enfants, alors que tout nous sourit pourtant la plupart du temps...


Merci pour cette énérgie rayonnante que vous diifusez :-)


Une lectrice de PEPS

Simon Sandrine 20/09/2013 21:54


Merci Catherine pour ce petit film...auquel je voulais absolument une suite, une fin terrible ou une fin heureuse...cela m'a fait une boule dans le ventre car cela bouscule...dommage qu'il ne
soit pas en anglais, je l'aurais exploité en classe...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents