Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


Idées pour les 343 "salauds"

Publié par Catherine Dumonteil Kremer sur 5 Novembre 2013, 10:32am

Catégories : #Au fil des jours

 

http://www.causeur.fr/wp-content/uploads/2013/10/Causeur-touche-pas-a-ma-pute1.jpg

Des idées pour les 343 "salauds"

 

Ça vous a peut-être indigné ce "Touche pas à ma pute" publiée par "Causeur" et signé par d'éminentes personnalités masculines.

À bien y réfléchir, je trouve ça vraiment révélateur de ce que les hommes subissent depuis leur enfance. Voilà mon point de vue personnel : cela fait très longtemps que les hommes apprennent à se couper de leurs émotions, un homme ça ne pleure pas, c'est fort beau courageux, un homme doit assurer en toutes circonstances.

Ne plus jamais pleurer

Les petits garçons apprennent très vite à ne plus pleurer à l'école en réclamant leur maman, ou leur papa, on se moque durement de leur sensibilité, ils ne se tiennent plus par la main entre garçons, la crainte immense de passer pour une fille prend le dessus.

Ils apprennent très vite à prendre sur eux, ils ont été frappés par leur père parfois beaucoup plus souvent que leurs soeurs, et plus longtemps… Ils ont appris à vivre d'insupportables conditions de travail, les boulots les plus durs seront pour eux, ils le savent et ils portent très tôt d'immenses responsabilités, de plus il n'y a pas si longtemps ils faisaient leur service militaire, apprenaient à se conduire en temps de guerre, chose relativement inconnu des femmes.

Des contacts physiques inexistants

Très vite les contacts physiques, besoins humains essentiels se réduisent à la seule sexualité, entre hommes en dehors du monde du sport on a moins de contacts physiques affectueux qu'entre femmes, et ils ne passent pas suffisamment de temps avec leurs enfants pour partager avec eux des contacts tendres et très fréquents. (Même s'il leur arrive d'être père au foyer cette situation reste encore très marginale).

Des bombes à retardement

Alors, avec toutes ces émotions mal gérées qui s'accumulent, ils deviennent des cocottes-minute prêtes à exploser. La colère encore vaguement prise pour une manifestation de virilité est l'émotion permise pour eux. Et parfois elle va trop loin. La violence resurgit, certains hommes ont très peur de leur colère, peur de leur violence, ils se demandent jusqu'ou ils pourraient aller. Comment éviter toutes ces émotions difficiles, il y a de nombreux moyens.

 

Ces difficultés les poussent vers l'alcoolisme, chaque année 23 000 décès sont dus à une consommation excessive d'alcool et 80 pour cent de ces victimes sont des hommes.

Ils sont trois fois plus souvent ivres que les femmes. L'alcool ferait même partie de l'identité masculine si j'en crois ce document de http://www.inpes.sante.fr/default.asp

 

 

La population carcérale est majoritairement constituée d'hommes,

http://www.senat.fr/rap/r09-156/r09-15610.html

 

96,5 pour cent d'hommes en prison.

 

Des hommes qui n'ont probablement pas pu mettre le couvercle sur leurs émotions, et encore moins les travailler. La violence subie finit par nous rendre violents, même si ce n'est pas ce que nous voulions au départ. Ce phénomène nous concerne tous, mais il est aussi fonction de toutes nos blessures retenues, de l'intensité de la violence endurée.

 

Vite une dose de sexe

La sexualité est aussi un moyen (inefficace) de "décharger" ses émotions. Et les hommes sont probablement plus enclins à utiliser ce moyen que les femmes.

Peut-être parce qu'elles sont plus proches de leurs émotions, entre autres, De ce fait les hommes sont accusés d'avoir une sexualité incontrôlable, pulsionnelle. La prostitution est un moyen de réguler cet invraisemblable phénomène, qui permet aux hommes d'avoir leur dose d'orgasmes, de relâchement, de détente, d'oubli, de contacts physiques…

 

Comme toutes les drogues le sexe permet l'amnésie, la dissipation de la souffrance, pour un temps de plus en plus bref.

La dose doit augmenter, être plus fréquente, sinon on devient irascible, insupportable… La vie est trop difficile…

 

 

Un monde peuplé de poubelles émotionnelles ?

 

Pour permettre à certains hommes d'avoir leur "flash" il faut des femmes, des prostituées avec lesquelles tout devient possible dans la mesure où elles sont payées, et puis il y a les femmes en couple qui acceptent parfois (ou souvent) des relations sexuelles qu'elles ne souhaitent pas pour que leur partenaire retrouve le sourire, des femmes qui acceptent des relations sexuelles non protégées pour se sentir aimées par des hommes qui veulent de l'oubli…

 

Les femmes ne sont pas des poubelles émotionnelles !

Et si vous pleuriez Messieurs ? Vous avez un océan de chagrin en retard, le mur de béton que vous avez coulé sur vos émotions nous coûte beaucoup trop cher !

Il vous coûte aussi rien moins que votre existence, votre connexion aux autres et à vous-mêmes.

 

D'après ce que je sais, les hommes qui ont retrouvé le chemin de leurs larmes, se portent mieux, ils sont moins souvent malades, moins stressés, plus efficaces, plus sensibles donc biens plus heureux de vivre, leurs relations sexuelles sont plus intenses !

 

Ça vous tente ?

Y'a plus qu'à alors !

 

- Se laisser pleurer régulièrement

- Accueillir les émotions des petits garçons

- S'informer sur le rôle des émotions dans nos vies

- Aller voir un psychothérapeute ouvert à leur expression

- Rejoindre un groupe d'hommes où on les écoute…

 

 

D'autres pistes ???

 

Bonne journée !

 

Catherine Dumonteil Kremer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

ladymarlene 02/12/2013 18:24


A vous lire, on a le sentiment que les hommes ont la mauvaise place dans le monde et sont donc obligés d'avoir recours au sexe pour se défouler....


 


Faire des hommes des victimes, je ne pense pas que ça réponde à la question.


 


Mais je ne peux ni ne veux continuer à commenter, désolée mais votre billet m'a trop agacé.

Emile 15/11/2013 15:27


Prostitution : abolition ou légalisation...?


 


Un petit court métrage/fiction de 9 min qui vous donnera l'occasion de réfléchir à ce que pourrait être une société où le corps de la femme deviendrait un produit de consommation comme un
autre... et en toute légalité :


http://www.osezlefeminisme.fr/

Leonhart 06/11/2013 23:23


Pas de nouvelles pistes, beaucoup de matières à rééflexion. Merci pour cet article

marylene 05/11/2013 21:43


très bel article

Catherine Dumonteil Kremer 06/11/2013 09:27



Merci :-)))



Carole Hofbauer 05/11/2013 13:23


Bravo et merci.

Catherine Dumonteil Kremer 05/11/2013 13:52



C'est super, ça me fait plaisir de le lire :-)))



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents