Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élever son enfant autrement


Fiche de lecture

Publié le 24 Septembre 2010, 08:54am

Catégories : #Je lis - j'écoute

Voici pour vous une fiche de lecture écrite par une femme que j'aime beaucoup maman et médecin généraliste, elle a été indignée par le livre d'Aldo Naouri.

 

 

 

 

"Je me suis lancée dans la lecture du livre d’ Aldo Naouri « éduquer ses enfants, l’urgence d’aujourd’hui »  dans le but d’en faire une fiche de lecture.

Pour épargner aux autres la lecture de ce livre !

J’y ai été poussée par un entretien avec des professionnelles de la petite enfance, à qui je voulais présenter la proposition de signer avec les bébés. Elles ont été très intéressées, mais leur argument final et imparable a mis fin à notre rencontre : ce n’est pas bon car les bébés seront moins frustrés, la relation parents/bébé va devenir plus simple. Et tout cela n’est pas bon. Il faut frustrer les bébés, ça doit être compliqué de comprendre son enfant ! je n’ai pas pu répondre. En en reparlant autour de moi, on m’a dit « mais c’est le livre de Aldo Naouri qui fait recette, il révolutionne l’éducation ! »

 

Ce livre a fait couler et fait encore couler beaucoup d’encre et de salive. Qu’en ont retenu les personnes qu’il a convaincues : il ne faut plus parler aux bébés, on leur parle trop, il faut supprimer doudous, sucette, punir sans état d’âme, cadrer, frustrer ... pour échapper aux catastrophes promises dans le livre par ce vieux pédiatre. 

Il était nécessaire que je le lise pour comprendre ces positions.

 

«  Caresserais-je l’espoir que cet ensemble d’explications puisse amener tous les parents, et en particulier toutes les mères, à se promettre de suivre à la lettre les recommandations que je vais leur donner, Bien sûr que non ! Je ne suis pas assez naïf pour cela. Il y a beaucoup trop d’aveuglement, mais surtout de jouissance, à la clef ! La majorité des mères, devant les comportements de leurs enfants, sont en effet persuadées d’assister à la manifestation de leur « forte personnalité », ce dont elles sont ravies et n’entendent brider d’aucune façon. Il est d’ailleurs pratiquement impossible de les détromper……..( page 201)

 

 

Belle introduction pour ma fiche de lecture sur le livre d’Aldo Naouri… 

 

En fait, l’analyse de ce livre est complexe à faire, et cela explique son succès . Car tout n’est pas faux, tout n’est pas mauvais. Il a souvent raison :Il existe réellement des difficultés spécifiques chez de nombreux enfants…Mais….

 

Il y a des pages qui sont intéressantes, pleines de bon sens,(P.50, 56, 239, 240 et suivantes) de belles pages poétiques (, P.60-61) aussi, des pages qui ont l’air documentées.

Il dit même des choses intéressantes sur la différence entre frustration et privation. La privation étant de l’ordre du réel et la frustration de l’ordre du symbolique…( P.148)

Mais le tout est perdu dans un livre terrifiant, ce qui explique que le public, voire des professionnels,  n’aient retenu de ce livre que l’appel à l’autorité sans état d’âme et à la frustration bénie.

 

Il est hors de question de reprendre ses arguments, ce serait stérile et sans effet .

Mais il est important de situer le ton de ce livre .

Livre qu’il dit avoir écrit comme une mission, pour sauver les enfants , en véritable sauveur ,à condition qu’on l’écoute .

Car si on décortique le ton qui imprègne le livre, on ne peut plus rien en accepter .

C’est un livre plein d’angoisse (celle de l’auteur vis à vis de la mort certainement, pages 101, 113), plein de colère, plein de mépris contre les parents, de violence à toutes les pages .On comprend mal comment des professionnelles de la petite enfance ont pu adhérer aux propos sans voir la violence diffuse dans tout le livre.

 

Pour faire bref !

 

Il donne une image terrible de l’enfance «  qui asservit son entourage, page 35, », enfant présenté comme une boule de violence potentielle dès la naissance, (P.62) , enfant terrorisé par sa mère, enfant terrorisé par la mort, enfant cherchant à prendre le pouvoir absolu. Il faudrait citer aussi la violence des mots utilisés pour parler de l’enfant, monstre à dompter, dont la violence naturelle demande une vigilance extrême et inquiète !

 

Une image terrible des parents «  qui se repaissent impunément de leurs enfants, page 32 »,

et en particulier des mères ( on a du mal à comprendre comment les réactions de femmes n’ont pas été plus virulentes ?), une image un peu moins terrible des hommes !

Les relations entre homme et femme sont décrites longuement sous la forme d’une guerre dure.

 

Sur quoi base-t-il son discours ?

            Sur des descriptions de familles clairement pathologiques, la grande majorité de ses vignette vécues . Qui aurait l’idée de ne pas alors partager son analyse ? Mais de l’exception, il tire des préceptes pour toutes les familles .

            Sur la dramatisation du monde actuel «  la perversion ordinaire qui a pris le pouvoir manie l’exclusion et la calomnie avec efficacité »

            Sur un ethnocentrisme étonnant : les menaces qu’il fait aux malheureuses mères donnant le sein au delà de ce qu’il trouve raisonnable ( «  je me disais que, jouissant égoïstement de sa place, elle ne pouvait pas imaginer le désordre qu’elle allait semer dans la vie future de ce bébé … et dans sa descendance !( p.195) ), semblent ignorer le reste du monde qui continue, depuis des millénaires,  à allaiter les bébés portés sur le dos de leur mère,  à la demande … sans dégâts planétaires semble-t-il .

 

            Sur des poncifs navrants (dont par exemple la prétendue baisse du niveau scolaire des enfants, menaçant à court terme la recherche française )

Sur des erreurs historiques et scientifiques, ou des horreurs . Sur la bestialité de nos ancêtres, (page 98) n’aspirant qu’à massacrer les petits, à castrer les jeunes, à s’entretuer, à « sauter «  les femelles ! D’où sort-il tout cela ? Même les animaux prennent soin des petits et en assurent le mieux possible la survie ; les hommes préhistoriques, nos pères, dont on peut imaginer la vie en regardant celle des tribus amazoniennes ou australiennes, respectent les enfants et vivent plutôt paisiblement . Quand il parle de la faible valeur de l’enfant dans l’histoire, il se base sur des écrits aujourd’hui remis en cause (je pense qu’il a du lire Elisabeth Badinter) . La mort d’un enfant a toujours été un drame, et dans tous les pays.

            Ses pages sur la mort d’un enfant sont affligeantes .Il ne comprend pas qu’on accorde plus d’importance à la mort d’un enfant qu’à celle d’un adulte ! (page 111).

            Il veut beaucoup insister sur le lien entre le physiologique et le psychologique, mais de façon caricaturale, il ne semble pas au courant des dernières recherches sur la prolactine paternelle . Sur l’attachement qui lui est lié dans toute espèce animale ,même chez les oiseaux !( page 223)

            De la même façon, il semble manquer des données sur l’acquisition du langage, (page 227)

Il parle aussi des enfants handicapés, là aussi sans aucun respect des familles , il sait tout sur tout et sauvera l’humanité défaillante !

 

Je ne peux pas citer toutes les pages où il se moque des mères avec une ironie mordante, sans aucun respect humain, il y en a trop ; des comparaisons hasardeuses et inadmissibles (comme comparer à une violeuse la mère inquiète qui force son enfant à manger) les termes utilisés salissent la personne qui les lit .

Ironie contre les familles recomposées, ironie contre les pauvres, (dépourvus de moyens intellectuels),ironie contre les pédagogues de tous genres,  ironie contre F.Dolto…qui n’a jamais remis en cause la nécessaire frustration symbolique dont il parle .

 

Et enfin, sa conclusion, qu’il voulait en apothéose, est seulement  terrible de nouveau : il termine sur Helen Keller, victime de l’amour excessif de ses parents – condamnés par des propos hallucinants-, mais sauvée par l’éducatrice et ses exigences .

Il se trompe totalement : ce qui a permis à Helen Keller de sortir de ses angoisses, ce ne sont pas seulement les règles de l’éducatrice ,mais c’est l’accès au langage .

Langage humanisant.

J’en suis le témoin chaque fois émue, de voir comment les troubles du comportement des enfants handicapés s’apaisent immédiatement dès qu’on leur donne un moyen de s’exprimer, de se dire . Je connais des adultes dont le traitement anti-psychotiques a pu être presque arrêté, après des dizaines d’années de camisole chimique, par la simple introduction de signes .

Ce n’est pas l’autorité, le cadre qui manquait à ces enfants débordés de leur angoisse , mais juste un moyen de communiquer !

Helen Keller a été sauvée par l’accès au langage, non pas par l’autorité de son éducatrice, mais par son acharnement à lui donner un moyen de communication symbolique.

 

Ce qu’il pensait être l’argument final, sa botte secrète, se retourne en fait contre lui et l’ensemble de son livre.

On voit finalement comment, par un raccourci involontaire, on arrive à la nécessité absolue de donner un langage aux enfants .

Quant aux arguments donnés contre la proposition des signes avec les bébés, sous le prétexte que les bébés seraient alors moins frustrés( et si on lit bien ce qu’il dit, il ne le dit pas du tout), ils tombent totalement ! Donnons un langage aux enfants ! Donnons des signes aux bébés…."

 

Marielle Lachenal

Commenter cet article

Sandrine 28/08/2012 08:27


Merci Catherine d'avoir mis ce témoignage en ligne et merci à l'auteur de cette fiche. C'est navrant combien de personnes vont à nouveu se référer à ce soit-disant bon spécialiste...cela amènera
une fois de plus de l'eau à leur moulin pour prouver à tous ceux qui font autrement qu'ils sont dans le faux...comme l'a dit quelqu'un sur un autre commentaire, oui faisons appel à notre bon
sens, à notre coeur et à notre âme d'enfant pleine d'amour et non dénaturée...

cho 05/07/2015 13:54

j'ai lu tous les livres de ce monsieur et je pense qu'il a raison. Je trouve très déplacés les commentaires réalisés par Madame Lachenal mal argumentés. Je pense qu'il est juste de dire que Monsieur Naouri dérange par ses propos. Je pense que le bon sens tout le monde en a assurément, une fois cela dit, il n'est plus nécessaire de se pencher sur ce qui ne fonctionne pas bien dans l'éducation des enfants.

nath 27/09/2010 22:36



Il y a quelques temps, nous avons emmené notre petit garçon de 4 ans chez une psy, pour avoir un avis sur des petites choses qui nous tracassaient. Bref. Cette dame, après un long entretien, nous
dit "vous devriez lire l'ouvrage d'Aldo Naouri sur l'éducation". Bon. Je passe dans une librairie et je feuillette. Argh. Je n'ai pas eu beaucoup à lire pour refermer, définitivement et sans
regret. J'ai notamment été héberluée par ces cas pathologiques sur lesquels il construit un "raisonnement" généraliste.


Seconde séance chez la psy : "Mais, euh, vous l'avez lu, vous, Aldo Naouri ?" Elle répond "Non, mais on en a beaucoup parlé". Argh. Autant dire que la seconde fut la dernière.


Naouri a su gagner la faveur des media en paraissant ni trop / ni trop. Il semble être un digne représentant du "bon sens", ce fameux bon sens dont se parent les gens qui font de grandes
démonstrations sans aucun souci scientifique, et de la parole desquels s'emparent les journalistes paresseux. S'il n'y avait que des platitudes derrière cet écran de fumée, ça ne serait qu'un
type deplus qui s'engraisse grâce aux mass-media.


Le problème, c'est qu'il est dangereux.


 



Catherine Dumonteil Kremer 02/10/2010 08:43



Merci pour ce témoignage qui montre votre bon sens de parent...


et bonne route avec votre petit garçon...



sandra 25/09/2010 16:07



Rectif : le titre du livre de I. Filliozat est  : il n'y a pas de parents parfaits... désolée...



Atropine 25/09/2010 14:29



merci pour cette analyse si juste.


j'ai lu aussi ce livre, cadeau... il a fini à la déchetterie!



Sandra 25/09/2010 14:25



Merci Catherine d'avoir publié la fiche de lecture de Marielle (que j'ai eu l'occasion de rencontrer lors d'une fomation SAM) !


Bouhh ! ça fait peur !


Je suis en train de lire l'exact oppposé en ce moment : "Comment ne pas etre un parent parfait " d'I. Filliozat qui sonne plus juste à mes oreilles et mon ame de parent.



hector 06/09/2016 17:34

réactions féminines typiques,
il ne faut plus s'étonner que les enfants soient si mal éduqués!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents