Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Parentalité Positive au quotidien

Articles, idées, astuces de la pionnière de la parentalité positive en France, Catherine Dumonteil Kremer

Parents rebellez-vous

Alors comment ? Voilà qui n’est pas facile, mais chacun d’entre vous porte un peu de la responsabilité de ce qui se passe à l’école. Quelles sont les solutions ? Avez-vous des idées ?

 

Je vous encourage à regarder le documentaire ci-dessous, vraiment édifiant !

 

http://www.pluzz.fr/l-ecole-a-bout-de-souffle-2012-01-10-20h35.html


Et j’attends vos idées… Vous pourrez trouver des pistes dans « Élever son enfant autrement » et « L’adolescence autrement » sur le thème de l’apprentissage et sur les conséquences du système scolaire sur la confiance et la vitalité de nos enfants.

Seriez-vous partants pour élaborer un document à envoyer à tous les candidats aux élections présidentielles ?

Au boulot !

 

Bonne journée !

 

Catherine Dumonteil Kremer

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Commenter cet article

OmniTechSupport Scam 23/09/2014 14:24

The documentary was so helpful in modeling the child to behave well in the school. Yeah, I agree with the point that, every parent does have the responsibility about the behavior of their children at schools. So, it is best to guise them in the right path before it’s late.

executive resume writing service 01/08/2014 07:44

Le top du top de jour! Avez-vous l'intelligence sélectionnez généralement votre site Web en utilisant la mienne, facebook ou myspace personnel ou myspace parti? Il ya beaucoup de gens j'imagine général serait certainement profiter pleinement de vos articles propres contenus. Vous devriez bien, je vais savoir. Un grand merci beaucoup

Julie 19/01/2012 11:39


Le lien ne fonctionne plus. SAvez-vous où ce documentaire pourrait-être visible encore ? 


Merci

canari 18/01/2012 16:13


émission vue en directe et édifiante! mes enfants ont souffert et souffrent encore du système scolaire. sans être surdoués, ils souffrent d'une grande curiosité et d'un grand éveil, qui les rend
un peu à la marge. L'ainé, qui est aussi très raisonnable s'en est sorti avec un saut de classe, et des difficultés relationnelles avec les autres tout le primaire. il vient d'intégrer un collège
privé où est mis très en avant divers modes d'expression, et il est transformé, a repris confiance, enthousiasme... leplus jeune, moins raisonnable, et plus bougeon a lui aussi eu droit au saut
de classe, ce que je regrette amèrement. il a enfin repris confiance en lui et surtout dans la relation possible avec les copains et les enseignants, mais il lui a fallu trois mois très
difficiles...


en terme de proposition pour notre système scolaire? pour moi c'est avant tout un changement de mentalité qu'il faut. Se mettre d'accord sur la notion d'éducation.Ce n'est pas du formatage, du
bourrage de crane... les évaluations? une enfant qui maîtrise une notion mais qui s'est trompé au seul exercice sur lequel est évaluée la notion verra un "non acquis" sur son livret scolaire...
la manipulation? alors que c'est le vecteur de réflexion et donc d'apprentissage sur quasi tout le temps du primaire (voir les stades de
développement de l'intelligence de Piaget), on n'en fait quasi plus pour les matières fondamentales... l'expression? le sport? ce sont les matières qui sautent quand on n'a pas le temps! mais on
rajoute des notions, à savoir toujours plus tôt, pour les rabacher d'année en année, encore et encore, sans jamais prendre le temps de les apprendre à fond et correctement une fois au moins! pour
un courrier, une pétition pour demander une vraie réflexion sur le système scolaire et une vraie réforme, en profondeur, lorsque la réflexion aura suffisamment été faite, je suis partante. merci
pour cette inititative. je découvre ce site par hasard, je vais prendre le temps de le visiter mieux.

Marion 15/01/2012 18:43


Bonjour,


Je suis frnaçaise, jeune fille au pair depuis 6 mois en Suède où ici l'école rime avec plaisir, bonheur, épanouissement ... voici quelques pistes de réflexions
tirées directement de ce que j'observe dans le jardin d'enfants et l'école de mes 3 ptits vikings de 4, 6 et 8 ans.


la formation des enseignants c'est la base. il leur faut de la pédagogie en matière première plus des cours sur l'enfant en lui même en plus des cours sur comment
enseigner ... c'est sûr qu'une formation comme ça rendra l'accès au métier encore plus difficile mais en finlande par exemple, la meilleure école mondiale, le métier d'enseignant est un métier de
prestige, l'accès est très difficile puisque énormément de jeunes veulent faire ça. mais au final ils sont aussi bien vus que les avocats ou les docteurs là bas.


En second lieu faut mettre l'enfant au coeur de l'école.


C'est à l'école de s'adapter à l'enfant pas à l'enfant de s'adapter à l'école.


Il faudrait des classes plus accueillantes, ne pas hésiter à utiliser le jeu même avec des grands, ils en ont besoin, ils apprennent bien mieux par la manip.


Ensuite faurdrait aussi diminuer les exigences. parce qu'un enfant qui apprend à lire à 5 ans il le fait pas avec plaisir alors que si c'est l'enfant lui même qui
s'interesse à la lecture ça va 3 fois plus vite. les enfants qui prennent du plaisir vont de toute façon beaucoup plus vite et sont efficaces.


Ensuite il faut aussi rapprocher les enfants et les profs (pourquoi pas enlever le vous, pouvoir appeller par son prénom ça crée des liens), si l'enfant se sent
entouré et aidé plutôt qu'en danger et brimé il ira évidemment mieux.


Je pense aussi qu'il faut diminier le temps des journées, on est presque les seuls à bosser autant en primaire et pourtant on fait parti des plus nuls, des plus
stressés ... je propose donc une école le matin, début d'aprèm (jusqu'à 1h environ) puis un temps de centre de loisirs intégré à l'école payant (mais échelonné pour que tous le monde y ait droit,
le montant dépend du salaire du parent avec un plafond) mais rendre gratuite la cantine, les transports scolaires, les livres et toutes fournitures scolaires qui resteraient à l'école pour
alléger vraiment les cartables (oui même les stylos !).


Pour ce qui est des devoirs si on allège les journées des enfants, qu'on les respecte plus dans leur rythme alors je pense qu'on peut les garder. mais en quantité
moindre, juste pour les préparer un peu au colège. des devoirs 1 fois par semaine écrits à faire en 10 min pourquoi pas. de la lecture tous les soirs avant de faire dodo pourquoi pas. les devoirs
en eux sont pas génants c'est ce qu'on en fait qu'il l'est. un exemple. mon grand de 6 ans (donc en année 0, pas encore vraiment l'école) a eu un devoir à la maison à faire recemment. je vous
explique. ils ont une peluche dans la classe, ils en ont parlé, l'ont dessiné etc etc et après chaque soir un enfant le ramené chez lui pour une nuit et raconté dans "le cahier de la peluche" ce
qu'ils avaient fait ensemble avec possibilité de faire un dessin. alors certains enfants savent écrire d'autre pas à 6 ans. donc parfois c'est les parents qui écrivaient mais je vous assure que
pour mon grand c'est pas passé pour des devoirs il a adoré !


Ensuite faut revoir l'école maternelle, remettre le jeu au coeur de tout, supprmier tout programme, adieu le "devenir eleve", les enfants n'ont pas à rester sur une
chaise s'ils en ont pas envie à cet âge, il faut les laisser vivre leur enfance pour qu'ensuite ils soient prêts à cartonner à l'école, le jeu pour se développer c'est important. remplacer le
programme de ce qui doit être acquis par des aspirations, ce vers quoi ont tend pour les enfants.


 En dernier lieu sortir plus avec les enfants, la nature c'est important, les laisser dehors souvent, comme on dit en suède "il n'y a pas de mauvais temps il y
a que des mauvais vêtements" c'est affiché en gros sur la porte de l'école.


toutes les propositions sont issues de ce que j'observe de l'école suédoise donc c'est pas impossible et ça change la vie d'un enfant !

marion 14/01/2012 11:05


Pour ma part, je ne suis pas d'accord sur le fond du problème avec vous et aussi avec la plupart des commentaires ! Etant enseignante, je suis choquée de lire des écrits concernant l'humiliation
des enfants par les profs ! 


C'est dingue de constater que des parents pensent savoir toujours mieux comment s'y prendre alors que nous , les profs, avec tous les défauts que vous nous trouvez, on ne se permettrait jamais de
venir "vous faire la leçon" concernant l'exercice de votre métier!


Je tiens aussi à préciser que nous sommes aussi des parents comme vous !


Le système a certes ses défauts, nous sommes les premiers à les dénoncer. Pour ma part , je pense que l'effectif des élèves en classe est le premier enjeu: Ma fille est au cp et ils sont 16 en
classe alors que dans d'autes écoles, ils sont 24 en classe : soit 50% d'effectif supplémentaire . Dans ces conditions, pensez-vous sérieusement que l'instituteur  peut apporter la même
écoute  à chacun de ses élèves ! 


Alors ne vous faites pas abuser par des paroles de politiques qui nous disent que le problème ne vient pas de l'effectif. Pour le vivre chaque jour, je vous affirme le contraire . 


D'autre part un commentaire dit vouloir introduire de plus en plus de nouvelles technologies style ipad etc...Franchement, j'ai envie de répondre qu'il ne faut pas confondre "être" et "avoir". Ce
n'est pas avec plus qu'on fait forcément mieux !


Les profs ne sont pas vos ennemis ! Je ne crois pas non plus que l'education nationale fasse du plus mal qu'elle peut. Elle fait avec les moyens que les politiques lui attribuent! Cependant, il
est vrai que les profs sont rarement consultés pour les réformes...ce qui est anormal! 


Alors , j'en ai marre de ceux qui ne font pas du face à face élèves venir nous expliquer comment on est nul !


 

sophie 14/01/2012 11:04


Je suis enseignante depuis environ 10 ans. Je suis encore heureuse d'être en classe avec mes élèves mais au bord de l'écoeurement en ce qui concerne tout le reste du système car je constate qu'il
dysfonctionne et que les "instances supérieures" ne font rien pour réparer. J'ai beaucoup aimé l'image utilisée dans le reportage : c'est comme si l'école était un hopital public qui ne sait pas
soigner les malades qui lui sont confiés et engendre d'autres maladies donc à côté est construite un clinique qui doit essayer de tout réparer.


Pour moi la solution n'est pas individuelle et les écoles "alternatives" sont avant tout des écoles privées, donc payantes donc non accessibles à tous . Il est "facile" de soustraire (ou
souhaiter soustraire) son enfant à l'enseignement public pour mieux le critiquer ensuite. Mais certainement beaucoup plus constructif de s'investir vraiment au côté des enseignants, dans les
écoles et les établissements du second degré. Si les 3 acteurs majoritaires de l'école,c 'est à dire les enfants, les enseignants et les parents pouvaient communiquer, échanger des idées, se
faire confiance, être unis et respectueux, je pense que toutes les mesures gouvernementales qui ont visé la dégradation du système scolaire ne seraient pas passées si facilement.


L'école est un service public, il serait bon que le "public" donc tous les citoyens français se sentent concernés et soient prêts à défendre l'Ecole. Il a été dit également dans le reportage
qu'aujourd'hui le but de l'école n'est plus de former les femmes, les hommes, les citoyens de demain. Regrettable ! Mais c'est vrai qu'étant donné le temps que nous passons (ou devrions passer) à
évaluer les enfants, nous laisse peu de temps pour apprendre ... Ironie, non ? 


L'école publique est un pilier de la République, il est fondamental de la défendre !

Florence 14/01/2012 09:39


Bonjour,


Enseignante en école primaire publique depuis une petite dizaine d'années, je suis de ceux qui font des journées de grève (avec perte de salaire) pour dénoncer, entre autres, les suppressions de
postes d'enseignants et la suppression des RASED. Cependant, je ne ressens aucun soutien des parents d'élèves... 


Je refuse les évaluations nationales CE1 (pourtant bien payées ! 400 euros pour ceux qui les acceptent !) et je suis certaine qu'au mois de mai, des parents vont me réclamer de les faire passer.


Si les parents ne nous aident pas à faire bouger les choses, nous n'y parviendront pas seuls.


Bonne journée.


Florence, qui ne va pas rester bien longtemps dans le grand monde de l'EN...

Julie 13/01/2012 17:41


http://www.lesamanins.com/quelsenfants/


 

Emmanuelle 13/01/2012 09:55


J'ai le ventre noué d'avoir vu ce documentaire. Comment pourrais-je laisser mes enfants dans cette tourmente?...


En dehors du système éducatif, des programmes trop chargés et des évaluations à outrance, je suis aussi choquée par la pression de résultats que mettent les parents. Je crois que pour les
enfants, il serait vraiment essentiel que les parents dédramatisent. Malheureusement, les parents reproduisent les traumatismes de leur propre éducation, et le cercle est vraiment difficile à
rompre.


Partir en Finlande me semble un peu extrême...L'étau se resserre sur l'IEF, pourtant j'y songe sérieusement pour ma fille (et les autres à venir :D). Je compte me pencher sur la question pour la
rentrée prochaine et monter une assoce de soutien près de chez moi.


Ecrire une lettre aux candidats, pourquoi pas? Ajouter une pétition avec pour lui donner plus de poids?


Manue